Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/04/2007

ROCK 'n' FORT Président

medium_election_2007_bovis_3.jpg

 

  CALOUET 2025 

  Fish of April of Aveyron

Dix fois, vingt fois, Calouet arrêta de piocher son carré de choux, à chaque fois, il posait sa houe sur son pied et il la maintenait avec sa main droite, pendant que sa main gauche grattait ses derniers cheveux. Puis, comme hypnotisé, il dirigeait son regard vers les tours de refroidissement de l’ancienne centrale atomique de Saint Laurent des Eaux, arrêtée depuis longtemps déjà, et ou les corbeaux et autres rapaces avaient élus domicile. A chaque fois aussi, les tours abandonnées lui rappelaient de rentrer assez tôt pour travailler au dernier chapitre de son roman en cours avant la tombée de la nuit, car l’électricité ne serait distribuée qu’à partir de vingt et une heures.

Depuis quelques mois Calouet était en retraite : son premier trimestre de rente était arrivé le jour anniversaire de son cinquantième anniversaire.

Depuis 2007 et l’élection de Josip Bovis à la Présidence de la République, tout avait défilé à une vitesse effrayante, aussi bien les événements politiques, sociaux et historiques que sa propre vie. En 2025 le couperet était tombé : on ne demandait même plus l’avis des intéressés, chacun recevait sa notification de retraite et devait cesser ses activités à cinquante ans.

Le seul qui échappait à la règle générale était le Président, les deux premières élections avaient été annulées et reportées et en 2021, pour l’anniversaire de ses 69 ans , les deux Assemblées réunies en congrès extraordinaire avaient proclamé Josip Bovis, Président à vie.

Les alters-mondialistes s’étant sentis pousser des ailes, les leaders de Halftrack avaient lancé une immense campagne de démoralisation nationale, Josip Bovis, leader charismatique incontesté, se trouva pris au piège des plus extrémistes et fut obligé de se positionner en leader politique et se présenter aux élections.

Les années 2005, 2006 virent les grands manipulateurs nationaux s’agiter hystériquement, Bang, Mammaire, Becasse-No, mais ils furent vite dépassés et étouffés par le grand, le sublime Gandhi du Larzac, le Bayard du Roquefort, le pourfendeur de multinationales et des OGM, qui n’eut de cesse d’organiser réunions, meetings, manifestations,: ce n’était plus la révolution permanente, c’était le spectacle permanent.

Pendant toutes ces années ou la France offrait du carnaval au monde entier, les USA, la Chine, l’Espagne, le Brésil, l’ Inde faisait un effort considérable de création et de production, s’engageaient dans des guerres commerciales impitoyables, grignotaient puis gagnaient des pans entiers de marché, et pendant ce temps là   les bons vieux gouvernements libéraux français   se démenaient pour tenter de colmater les gouffres financiers et les énormes déficits créés par cette situation d’agitation permanente. Les «  trous » abyssaux des entreprises nationales et des organismes sociaux avaient nécessité des augmentations intolérables d’impôts, de taxes, de charges de toutes sortes, et des milliers d’entreprises délocalisaient leurs activités ou, tout simplement, mettaient la clef sous la porte, en faisant cadeau de leurs usines à leurs employés.

Et 2006 fut une année mémorable pour Calouet, son premier roman fut sélectionné pour le Goncourt, le jury de plus en plus en recherche de sensationnel , avait été subjugué par le héros central du roman, Bidokon Gardamu, personnage célinien évoluant dans les bas-fonds de Saint-Nazaire et s’exprimant dans un langage châtié glorifiant le cynisme lyrique du peuple d’en bas . Malheureusement cette année là le prix ne fut pas attribué, il avorta avant la proclamation des résultats : les journalistes  et critiques littéraires, gagnées par la mode altermondialiste, avaient boycotté toutes les manifestations bourgeoises rétrogrades.

Tout était prêt pour que la France donne une fois de plus une grande leçon au monde entier : situation intérieure quasi insurrectionnelle ;déficits budgétaires incommensurables ;  exportations en chute libre ; production agricole insuffisante pour nourrir les Français ; l’ordre ne régnait encore que par l’activité tous azimuts et par l’énergie indomptable de Super Starko.

Pendant les derniers mois de la campagne électorale présidentielle 2007, les vieux partis politiques et les nouveaux rivalisèrent dans l’invention de slogans fumeux, atteignant parfois le niveau ubuesque, pour ne pas dire kafkaïen. Les partis traditionnels de droite ressortirent les vieux clichés de la décadence de la France, de la montée de la chianlie et de l’anarchie, en prêchant les vertus ancestrales du peuple de France, le travail, l’honnêteté, la fidélité, le respect, la tolérance, mais toutes ces notions parurent tellement éculées pour tous les électeurs de moins de cinquante ans, qu’elles finirent en paroles de rap, le groupe Zobdare réalisant  le tube de l’année avec le titre « Zap Security Zap ». La gauche atteignit les sommets de l’utopie matérialiste, avec les solutions bolcheviques les plus éculées et irréalistes pour les uns, le bonheur sur la terre en se roulant les pouces pour les autres et en utilisant évidemment les fameuses lessiveuses pleines de billets ; le summum de la démagogie fut atteint par un parti marxiste rescapé prêchant la solution miracle de l’autogestion…. Les altermondialistes avec leur leader maximo n’avaient plus qu’à parachever leurs bonnes œuvres agitatrices écoloparadisiaques et le fameux principe de précaution  pour emporter le maximum d’adhésions dans le peuple complètement écœuré par la politique des trente dernières années.

Tout fut promis aux quadragénaires assoiffés de culture et de spiritualité : les théâtres nationaux gratuits, vente libre du haschich ; raves autorisées en permanence n’importe ou ; Roquefort détaxé ; lendemains qui chantent ; bombes hilarantes à la place des bombes atomiques ; constructions de temples bouddhistes dans toutes les villes et villages avec nirvana assuré ; embauche de millions de fonctionnaires ; démolition des centrales nucléaires et montage de plusieurs millions d’ éoliennes,   ….

Le soir du dimanche 22 avril 2007, les français découvraient les deux finalistes présidentiables, le vieux brisquard inusable Lependu arrivait en tête avec 30% des suffrages et Josip Bovis tenait la corde avec 28% des votes. Les autres candidats haletaient loin derrière avec des scores ne dépassant guère les 15 %. Dés les premiers commentaires radiotélévisés, tous les partis dits progressistes se ralliaient au nouveau Clémenceau qui allait sauver la France…  La droite traditionnelle ayant pratiquement capoté au premier tour et la gauche démocrate éliminée, la partie était presque gagnée d’avance pour le chevalier Bayard du Larzac.

Les résultats proclamés dans la soirée du dimanche 6 mai 2007 déclenchèrent une explosion de joie dans les familles françaises, si malheureuses et opprimées par un pouvoir capitaliste : enfin le peuple des Canuts  triomphait des gros bourgeois enrichis de la sueur des camarades… Une ère de bonheur , de liesse, de loisirs sans fin s’ouvrait pour tous les damnés de la terre qui s’écriaient sans fin « on a gaûgné » « on a gaûgné »  «  on a gaûgné »

Pour la première fois dans l’histoire du monde, la majorité d’un peuple refusait le progrès matériel, préférait le retour en arrière ou tout au moins la stagnation dans l’état, rejetait la bonne vieille civilisation de l’invention et de l’innovation, innovations quelquefois néfastes mais toujours compensées par le génie humain capable de s’adapter à toutes les situations. Depuis toujours, depuis les premières traces d’écriture, depuis les premiers vestiges archéologiques, on n’a pu que constater des améliorations matérielles permanentes du mode de vie, cela malgré les soubresauts climatiques, philosophiques, politiques ou religieux. Pour la première fois un peuple acceptait de faire marche arrière, le monde entier n’avait qu’à bien se tenir, la France allait une nouvelle fois donner une leçon à tous les peuples de la terre, la France et les Français, derrière leur Génial Communicateur, allait ouvrir un monde fraternel, écologique, équitable, et de ce fait un homme nouveau, et bien entendu une femme nouvelle,  allaient naître.

Le soir même de l’élection les foules en liesse affluèrent  sur les places et prirent d’assaut les lieux publics , même les mosquées, les synagogues et les églises virent des croyants en transe adresser des louanges à Dieu, chanter des psaumes et entonner des Te Deum…   En moins de vingt quatre heures les spécialistes de la fête barnum organisèrent des défilés monstres, la plus folle et la plus monstrueuse fut une Gay Prad qui envahit toutes les grandes avenues de Paris et bloqua la circulation pendant plusieurs jours. Le groupe Zobdada prit le leadership d’une organisation en vue de refaire une nouvelle Fête de la Fédération au Champ de Mars pour en finir avec les privilèges de la bourgeoisie et le samedi suivant l’élection des sonos monstrueuses s’installèrent sur la Tour Eiffel ou se bousculèrent et s’écrasèrent cinq millions de personnes selon les organisateurs et trois millions selon la police.  Les «  Motivated Gadget » provoquèrent la « rave du siècle » au milieu des plaines de la Beauce,  ou deux mille hectares de blé furent transformés en cloaque après le passage de sept millions de voracious déchaînés qui reçurent l’absolution de Monseigneur Taillau qui retrouvait enfin des ouailles à sa dimension. Les grands  champions du fameux métissage organisèrent des kermesses de la fraternisation black-blanc-beur ,ou se manifestèrent les hypocrisies les plus notoires en particulier de la part des privilégiés bobo.

La fièvre retomba dans la quinzaine qui s’ensuivit, les politiciens et agitateurs de tous bords faisant feu de toutes pièces pour l’échéance des législatives. Mais la messe semblait dite et une majorité larzaquienne , consacrant l’élection du pape du commerce équitable, allait apporter à la France une véritable révolution sociale, digne des millions de « cahiers de doléances » en circulation dans le pays.

Le deuxième tour des élections législatives amena à l’Assemblée Nationale une majorité gaucho-écolo-libertaro-alternative, les partis traditionnels, minés par deux décennies d’impuissance et de scandales financiers étaient totalement balayés, quelques grandes figures du passé avaient réussi à glaner quelques voix et se retrouvaient noyés dans une assemblée agitée et hyper agressive. La philosophie à la mode en ces années révolutionnaires était le fouriérisme, la seule survivance des illusions socialistes du siècle précédent, des phalanstères fonctionnaient déjà sur le Larzac, en Bretagne profonde et à Besançon, ou des cohortes d’anciens intermittents du spectacle s’étaient lancés dans la production de carottes naturelles, de bicyclettes électriques et de serviettes hygiéniques à l’ancienne. Les groupes Larzac-Contestation et les Trotskistes ayant la majorité absolue à l’Assemblée nationale acceptèrent néanmoins de récupérer quelques rescapés célèbres de l’ancienne et célèbre majorité dite « plurielle » , trop heureux de conserver quelques bribes de pouvoir, tout en sachant qu’ils allaient être manipulés et instrumentalisés. Noel Massmater, qui avait une nouvelle fois changé de parti et d’options politiques,  fut élu Président de la Chambre, et son premier acte fort consista à faire bannir l’ex-président Kérouac, et de le mettre en résidence surveillée sur le Plateau des Millevaches.  Pour se débarrasser d’un olibrius remuant et incontrôlable, on nomma le Sieur Arnaud de Monte Love général et garde-chiourme en chef pour assurer la garde du président déchu.

Le bon vieux peuple français médusé regardait toute cette mascarade de bouffons avec une surprise mêlée de stupeur et d’inquiétude, beaucoup d’anciens s’étaient abstenus de voter, par négligence ou par lassitude, par contre, les jeunes à qui on reprochait depuis des décennies de négliger leurs devoirs de citoyen, avaient voté en masse, avec le résultat que l’on sait. Depuis longtemps déjà, il existait une profonde dichotomie entre la réalité profonde des français, qui était un mélange de christianisme et d’esprit rebelle, et les soi-disant intellectuels prétendant représenter la France : dans le monde entier les peuples regardaient avec stupeur ces farfelus prétendant parler au nom de l’humanité, donnant des leçons à toutes les communautés, régentant toutes les croyances et toutes les religions, en assurant posséder la vérité ultime. Il s’avérait certain que la mouvance française, par ses comportements historiques, par ses grands philosophes et ses saints catholiques, se présentait presque comme une espèce de «  prophète communautaire » pour le reste du monde, beaucoup de soubresauts révolutionnaires ou humanistes qui se produisent depuis deux ou trois siècles étaient directement influencés par des exemples français. Cette fois ci encore, ce qui se passait en France semblait prédire ce qui pourrait se passer dans le monde dans les décennies à venir, avec, contrairement aux grands penseurs qui avaient diagnostiqué la fin de l’histoire, une accélération de l’histoire dans le sens de l’eschatologie chrétienne, c’est à dire une fin du monde programmée.

Evidemment nos radios et télés nationales exultaient : enfin ils avaient réussi à mettre à bas ces régimes répressifs qui les martyrisaient depuis si longtemps, enfin un régime politique conforme à leurs vœux les plus chers, à mi-chemin entre le bouddhisme et le marxisme. Enfin un régime politique qui allait amener la prospérité à tous, sans que les petits bourgeois de gauche, et en particulier les journalistes,  n’aient à rougir de leurs situations privilégiées dans l’enseignement ou l’administration. Les deux Daniel célèbres, Bendix et Mairemais,  furent élus à main levée présidents de France Télévision et de Radio- France, le 19me siècle avait consacré le bondieusisme, le 21me consacrait le bourdieusisme. 

Dans la foulée des élections un train de réformes révolutionnaires se mit en marche, il fallait battre le fer tant qu’il était chaud afin de faire de la France le phare de l’humanité. D’abord, afin de donner aux jeunes des exemples constructifs et dynamiques, les assemblées proclamèrent Hubart Rëve, Alibert Jacmard et Aliette Lhabillié héros et modèles de la jeunesse, leurs vies de labeur , de générosité et de sacrifices, fit l’objet d’un livret immédiatement distribués dans toutes les écoles de France et de Corse.

Dans les mois qui suivirent, une avalanche de lois, décrets, ordonnances, dérogations provisoires et permanentes déferla sur le pays, même les journalistes les plus pointus n’arrivaient pas à suivre. Partout, chaque jour, des manifestations et des fêtes ponctuèrent l’approbation populaire pour toute une série de mises à jour sociales venant concrétiser des mœurs depuis longtemps pratiquées, on peut citer sans pouvoir être exhaustif :

 

·     Libéralisation et vente libre du haschich

·     Embauche de 100.000 enseignants, les grands manitous du SBEF et du SNIF, étouffés par le bonheur, jurèrent solennellement de ne plus faire grève pendant dix ans, et ils obtinrent du même coup le semaine de 15H00 et la retraite pour tous à 45 ans.

·     Recrutement sur deux ans de 300.000 fonctionnaires dans tous les domaines d’activité, avec la semaine à 25H00 et la retraite après 25 ans de service. Les deux syndicats révolutionnaires songèrent même à se saborder, car ils ne voyaient plus de perspectives de mécontentement.

·     Création d’un corps de 300.000 intermittents du spectacle fonctionnarisés, directement pris en charge par l’Etat et les Collectivités locales.

   

·     Renationalisations ou nationalisations immédiates des Postes, des Banques, de EDF et GDF, de Renault, Dassault et Sud-Aviation, de toute l’industrie du luxe, de la SNCF, des autoroutes avec gratuité totale de la circulation, du Pétrole, des Industries Chimiques et en particulier des engrais…

·     Nomination d’un Gouverneur Général pour la reprise en main des Télévisions et Radios Nationales, accusées de toutes parts de faire la part belle à la culture petite bourgeoise, France 2 et France 3 furent rebaptisées Liberty 2 et Liberty  3 ; France 5, Alternative Choc ;  et Arté, Homo Rex. Les radios conservèrent leur noms sauf France Culture qui devint Pidgin Culture, ce qui correspondait plus à sa vocation depuis une bonne décennie.

·     Régularisation de tous les immigrés clandestins et ouverture totale des frontières à tous ceux qui ont envie de venir vivre en France

·     Doublement du taux de l’ISF et 80% d’imposition sur tous les bénéfices financiers et spéculatifs

·     Parité totale des salaires homme/femme

·     Création d’un Ministère des Anciens Soixante-Huitards. Un Grand Ordre fut institué dont le premier Commandeur fut Dany Rufus. La Grand Croix et une pension furent attribués à des milliers de récipiendaires, car, comme à la Libération, des millions de Français s’étaient déclarés résistants, là, des millions d’autres Français prétendirent avoir été sur les barricades du Boulevard Saint-Michel. La France qui avait totalement ignoré, méprisé et même humilié les rescapés de Diên- Biên-Phu et les Harkis, célébraient en grande pompe ses bouffons de l’histoire.

·     Puis une vague de gratuité historique : soins médicaux, soins dentaires, lunetterie, fournitures scolaires de la maternelle au doctorat, loyer des HLM, transports publics pour les smicards et les chômeurs…

·     Evidemment arrêt de toutes les centrales électriques atomiques dans les cinq ans à venir, arrêt total des fabrications d’armes dans les arsenaux, neutralisation de tout l’armement nucléaire….

La France entière était en liesse permanente, un peu comme les anciennes colonies dans les mois qui suivirent leur indépendance, et ou les réveils furent dramatiques quand toutes les infrastructures administratives, policières, routières et énergétiques commencèrent à se gripper, faute de gens capables de les faire fonctionner. Des Arcs de Triomphe et des autels inspirés par la société idéale de Jean Jacques Rousseau furent érigés dans presque toutes les villes et villages, pour célébrer l’avènement du bonheur écologique libertaire.

Des mesures plus radicales et autoritaires furent prises et acceptées dans le nirvana ambiant- le Sénat fut dissous et remplacé par le Conseil Economique et Social - tous les fonctionnaires de police soupçonnés de dérive ultra nationalistes et sécuritaires furent limogés sans autre forme de procès – toutes les œuvres charitables et humanitaires à caractère plus ou moins confessionnelles furent interdites et regroupés dans le Secours Populaire, et d’ailleurs, avec le système juste et équitable se mettant en place au niveau politique, il n’y aurait bientôt plus besoin d’aide sociale.

A l’aube de 2009, les français presque totalement anesthésiés commençaient à regarder le fond de leur porte monnaie qui s’avérait de plus en plus vide, mais c’est toujours l’espoir qui fait vivre et quand on a la chance d’avoir des dirigeants politiques d’une telle  intelligence et d’une telle probité, tout devrait bien aller, car Confucius disait «  Quand les Princes sont honnêtes, le peuple est honnête »

Les écologistes toujours en pleine effervescence bucolique et utopique choisirent, afin de lui assurer une existence matérielle convenable en attendant la gloire littéraire,  de nommer Calouet «  Commissaire du Peuple auprès des céréaliers de la Beauce.  Il fallait les mettre au pas ces affameurs du peuple et on allait leur faire voir à ces voraces, à ces suceurs de sang, ce qu’était une république alter-mondialiste, ou chacun devait recevoir en fonction de ses besoins. Cela n’enchantait pas notre héros, mais ses nombreux écrits parus dans toutes les revues littéraires et son ex-statut de «  Goncourtable » en faisait une personnalité suffisamment connue pour en imposer à ces «  spéculateurs de la famine ».

En 2009 aussi,, une rave monstre fut organisée sur le plateau d’Albion pour célébrer la fin du démantèlement de tout l’armement atomique : les derniers souterrains stratégiques du plateau s’effondrèrent sous l’effet des vibrations monstrueuses des gigantesques sonos. La pourfendeuse des chasseurs et des retraiteurs d’uranium, Miss Voix Nette y fut proclamée Reine des Elfes dans des vapeurs de gros rouge bio et de fumées haschichiennes.

Les choses commencèrent à se gâter vers 2010, nos voisins européens, les anciens surtout, sauf l’Angleterre, gagnés par la dynamique ambiante se rallièrent plus ou moins aux concepts politiques préconisés par la France, et modifièrent leurs politiques financières, industrielles et commerciales.  Mais le monde est ainsi fait que les hommes ont horreur du vide, les U.S.A  et les pays asiatiques firent régner la loi de la jungle et s’emparèrent de tous les marchés stratégiques laissés vacants…. Tout y passa, aéronautique, céréales, armements, machines outils, automobile, industries de pointe, informatiques, le luxe, tout passa sous le contrôle absolu des Majors américaines et des monstres industriels chinois et japonais…

En 2010 et 2011, les Français, de gré ou de force, commençaient à s’habituer à leur nouveau régime politique,, les salaires n’étaient pas mirobolants mais le chômage avait presque disparu et l’inquiétude des lendemains sans boulot  s’était estompé. Le fameux stress des cadences infernales de travail s’estompait et l’on allait vers des méthodes de travail à la «  papa », le but n’étant plus de faire le maximum de bénéfices en vendant le moins cher possible, mais d’occuper les citoyens pour leur assurer le minimum vital. Bien entendu une vague d’immigration avait suivi la vague de réformes sociales, depuis longtemps déjà, les capitalistes français avaient placé leurs billes dans de nombreux pays et il leur était simple de déménager sous des cieux plus cléments à la culture des capitaux financiers. Au niveau des sommités scientifiques le problème ne se posait même pas : tous les grands chercheurs scientifiques, les grands médecins, les grands biologistes avaient quitté la France en masse dans les années 2004/2005 quand ils avaient constaté l’impuissance des Pouvoirs Publics à leur assurer des moyens de recherche et d’existence convenables. 

L’an de grâce 2012 vit une série d’événements internationaux exceptionnels se produire, événements qui figèrent encore plus la situation de la société française dans sa singularité et bloquèrent les processus démocratiques de changement :

·     Le bon vieux pape Jean Paul II épuisé, paralysé, dans un état de souffrances proche de l’extase mystique, mais l’esprit toujours  clairvoyant, s’éteignit calmement en odeur de sainteté pour la fête de Sainte Véronique, celle qui essuya les larmes du Christ . Les cérémonies des funérailles terminées, le conclave des cardinaux se réunit à Rome dans une ambiance tout à fait particulière : pour la première fois dans l’histoire de la chrétienté une majorité extra-européenne se dessinait . Les milliers de journalistes qui affluèrent vers le Vatican émettaient les nouvelles les plus farfelues et s’attendaient à des semaines et même des mois de tergiversation avant la proclamation de l’élection. Mais, à l’étonnement du monde entier, la petite fumée blanche s’éleva dans le ciel de la cité papale trois jours après l’ouverture des conciliabules et des examens des candidatures , et la proclamation du nouveau pape fit l’effet d’une bombe thermonucléaire sur toute la planète : le pape du 21me siècle était chinois, il entrait dans l’Histoire sous le nom Tengsin Premier. On apprit par la suite que ce Chinois était en fait originaire du Tibet, qu’il était né dans une famille bouddhiste, et avait été dans son enfance pressenti et choisi pour un destin lamaïste exceptionnel . Les circonstances dramatiques de la diaspora tibétaine avaient fait que, afin de le cacher et le protéger, ce garçon doté d’une intelligence extraordinaire s’était retrouvé dans un lycée jésuite d’Amérique du Sud. Tout en restant imprégnée de sagesse orientale, ce garçon s’était converti au christianisme et avait gravi discrètement  les échelons hiérarchiques ecclésiastiques et collaborait étroitement au gouvernement de l’Eglise Universelle depuis plusieurs années. Comme souvent pour les élections papales, les cardinaux s’en étaient remis à L’Esprit Saint et ils furent bien inspirés, tout, dans la personnalité et l’origine de Tengsin 1er correspondait aux besoins de l’époque : l’étrange fascination des occidentaux pour le bouddhisme tibétain ; la formidable attirance de centaines de millions de Chinois pour le christianisme ; la désespérance spirituelle mondiale fatiguée et écœurée des idéologies matérialistes et des utopies naturalistes farfelues.

·      Le premier clone humain est fabriqué en Corée du Sud, il serait la reproduction parfaite du révérend Dong

·     L’Espagne, orpheline de son vieux chef prestigieux, et soumise à ses vieux démons, proclame Nanar nouveau Caudillo.

·     Les U.S.A envoient la première fusée habitée vers la planète Mars.

·     Une vague d’adhésions au Vaudou s’abat sur l’Europe, au cours d’une cérémonie expiatoire satanique réunissant des centaines de milliers de participants dans la plaine de Waterloo, l’ancien humoriste Dieutrouvé se fait élire par ovations Antisoupape.

L’année 2012 vit une série de calamités s’abattre sur la France, d’abord des inondations catastrophiques qui noya non seulement une partie de Paris mais des millions d’hectares de terres cultivables ; puis dés le début juin une canicule terrible qui assécha  une grande partie des plantations vivrières ; les terres inondées d’une part et la chaleur d’autre part déclenchèrent une éclosion monstrueuse de larves et d’insectes qui détruisirent les récoltes biologiques rescapées . L’état d’urgence fut décrété, la France fit appel à la solidarité internationale, et comme les cargos de blé russe en 1946, les premiers cargos de soja chinois et de mais américain furent acclamés dans les ports. Mais la solidarité n’a qu’un temps et il fallut payer le prix fort pour acheter des céréales protégées par les OGM et dont il fallut bien se contenter.

Le 5 août 2012, il y eut un carnaval monstre au Trocadéro pour fêter les100 ans de l’Abbé Pierre, des centaines de milliers de boiteux, bancales, barbudos, mal-logés, désespérés, désenchantés, affluèrent de toute l’Europe pour honorer le Poverello du Quart Monde. A nouveau, le bon abbé lança des anathèmes contre l’état de misère qui grandissait inexorablement malgré la généralisation de la pauvreté équitable des classes moyennes bourgeoises.

L’Etat d’Urgence maintenu engendra le maintien du statu-quo politique, et les élections présidentielles et législatives furent reportées d’une échéance par les deux assemblées réunies et unanimes.

En 2013, l’opinion commença à s’inquiéter sérieusement de la prolifération des loups et des ours dans les Alpes et les Pyrénées. Dés 2008, le Mercantour et les Pyrénées Centrales avaient été sanctuarisés, afin de protéger totalement le loup et l’ours, ces conditions de sécurité et de tranquillité firent que la reproduction  amena une explosion de hardes hurleuses et de familles d’ursidés envahissantes. Le Président de la Fédération de Randonnée qui organisa une «  Longue Marche » de protestation sur le GR 10 fut lourdement condamné pour entrave à la libre circulation des ours.

En 2015 les centrales nucléaires s’arrêtèrent  définitivement, et vu l’état des finances publiques après les cataclysmes de 2012, les centrales thermiques manquant de combustibles ne purent assurer la continuité de la fourniture d’électricité. Dés 2016 il fallu établir pour  le grand public un régime de distribution alternée, afin d’assurer la continuité d’alimentation des usines et des hôpitaux.

Notre ami Calouet se morfondant dans sa sinécure politico-policière Beauceronne, se permit, après plusieurs beaux succès d’édition, de solliciter une charge d’écrivain fonctionnaire qui lui donnerai tout le temps de parfaire son œuvre littéraire. L’Imprimerie Nationale édita bientôt une partie de ses premières nouvelles, et ce fut un beau succès dans les cercles branchés, et une apothéose honorifique car la plupart de ces nouvelles roboratives furent mises au programme des Lycées. De nombreux établissements scolaires portèrent bientôt son patronyme, ce qui était une forme de protestation devant la chape de plomb intellectuelle imposée par les ayatollahs gauchistes et écologistes, les seuls habilités à dire la façon de penser et de rêver. Calouet fit aussi partie du Comité d’Ethique linguistique qui détermina les douze langues officielles de la France qui furent enseignées en fonction des régions : anglais ; basque ; occitan ; breton ; alsacien ; hébreu ; berbère ; français ; arabe ; créole ; peuhl ; bambara. Bizarrement les deux régions qui résistèrent le plus à cette avalanche multiraciale furent la Bretagne et le Languedoc, celles qui avaient le plus gueulé pour le droit à enseigner la langue de leurs ancêtres, va chercher à comprendre !

Au cours de années 2016 à 2020, la vie devint de plus en plus difficile, l’économie française s’était de plus en plus racornie au niveau national, on mangeait bio et l’atmosphère était presque pure, mais on marchait à pied faute de carburant pour les bagnoles et le troc était redevenu une composante importante du commerce. Pour les paysans, les éleveurs et les maraîchers, on était presque revenu à l’age d’or des années quarante et de l’occupation. L’emprise commerciale et financière des U.S.A et de la Chine  se faisait de plus en plus pesante et contraignante, la Communauté Européenne n’était plus qu’un mythe, la France était revenue au Franc qui valait à peine le franc C.F.A, autant dire que les Français étaient cocus mais heureux. Cette situation de leadership américaine et asiatique déclencha des vagues de violence et d’attentats, presque uniquement dirigés vers les U.S.A, car la Chine communiste était toujours aussi impénétrable, le plus spectaculaire fut l’explosion des silos à blé de Chicago, qui provoqua des centaines de milliers de morts par le nuage toxique qui se répandit sur les rives du lac Michigan. Moins spectaculaires, mais beaucoup plus pernicieux et terriblement destructeurs pour les économies, un génial chercheur transfuge d’une ancienne république soviétique, trouva un virus hyper actif de gastro-entérite immobilisant  des populations entières pendant des semaines en état d’hébétude. Quelques CM3 de cette préparation dans les réserves d’eau de plusieurs mégapoles occidentales firent des ravages conséquents et eurent des conséquences économiques catastrophiques.

En 2017, les Français, complètement anesthésiés par la propagande lénifiante des manitous de la vie naturelle, les difficultés matérielles quotidiennes et les fumées du haschich ne manifestèrent même plus leur grogne quand les autorités annoncèrent  qu’en fonction des circonstances difficiles les élections étaient reportées à la prochaine échéance. Même les syndicats, totalement fonctionnarisés et autrefois si prompts à dénoncer les entorses à la démocratie, ne se manifestèrent même pas.

En 2020, un recensement général vint annoncer aux Français médusés qu’ils étaient désormais quatre vingt millions et que les progressistes avaient réussi leur pari : les «  petits blancs » avaient presque totalement disparus et la majorité de la population se mouvait dans le métissage. La communauté maghrébine regroupait environ dix millions de personnes, et de très grandes villes vivaient à l’heure des appels à la prière des muezzins, le voile est devenu monnaie courante et on rigole encore des fameuses lois de 2004 … Paradoxalement, l’exemple de la foi profonde et sincère des musulmans ramenait des masses de Français vers les églises et les temples, car un peuple ne peut vivre indéfiniment dans un vide spirituel total. Les communautés maliennes, kurdes, ukrainiennes,  afghanes, roumaines, philippines, malgaches, sénégalaises, mongoliennes et indochinoises regroupent plusieurs millions de personnes. Par ci, par là, quelques groupes de réfractaires entêtés tentaient  de conserver quelques us et coutumes de leurs ancêtres gaulois, plusieurs villages perdus dans le Cantal et les Ardennes avaient érigé de véritables enceintes fortifiées.

Retranché dans sa confortable situation d’écrivain protégé et officiel, Calouet avait complètement perdu l’inspiration et vivait sur sa lancée, ce qui rassura complètement les autorités politiques qui le firent Grand Officier des Arts et Lettres.

En 2021, la situation politique et économique se dégrada fortement, les files d’attente commençaient à se multiplier devant les magasins d’alimentation, la majorité des Français encore gonflés d’un tas de slogans alter mondialistes équitables rabâchés depuis quinze ans sans interruption ,  s’imaginaient encore béatement être les hommes les plus intelligents de la planète…. C’est vrai que les Français ne se fatiguaient pas beaucoup au travail, ils avaient droit à un tas de services gratuits, mangeait une nourriture saine et naturelle, et se retrouvaient tous en retraite entre quarante cinq et cinquante ans, en pleine forme….Mais graduellement, le désenchantement existentiel avait fait des ravages et comme dans  « Citadelle » de Saint-Exupéry, les hommes s’ennuyaient à mourir et quand on désespère on est prêt à  toutes les révoltes Les manipulations politiques et policières s’accentuèrent , un service civil avait été rétabli afin de constituer des milices de surveillance, chargées de faire respecter les règles et les lois. Cela n’allait pas sans heurts de plus en plus fréquents avec les vieux gaulois têtus et obstinés, privés de droits électoraux depuis quatorze ans, et tous ceux qui atteignaient la cinquantaine, et qui s’en foutaient royalement des élections vingt ans avant, trouvèrent subitement que la vraie démocratie avait du bon, et pensaient comme Churchill qui disait «  la démocratie est un bien mauvais système de gouvernement, mais c’est le meilleur qui existe »   Devant la grogne qui montait et les sondages d’opinion tout à fait défavorables à la junte gouvernementale, les Assemblées réunies en Congrès extraordinaire élirent à l’unanimité Josip Bovis, Président à Vie, comme l’avait fait Haïti un siècle plus tôt…Les milices populaires et citoyennes n’étaient pas loin de se transformer en «  Tontons Mashoots »

Par la force des choses et des événements, les Français placèrent de nouveau en numéro  un des  célébrités chères à leur cœur,  l’abbé Pierre qui filait vers ses cent dix ans et presque résigné à battre le record de Jeanne Calmant… Il était le seul à pouvoir braver le véritable régime dictatorial qui s’était installé en France sans risquer de graves mesures de rétorsion et il ne se fit pas faute  de dénoncer fortement la misère permanente et endémique qui s’était installée dans toutes les régions et qui touchait toutes les couches de population… Mais ces belles diatribes tombèrent forcément à l’eau car il n’y avait plus une seule catégorie de Français à pressurer ….

Les années s’écoulèrent dans un espèce de désespoir accepté, la France était devenu en fait, un pays du tiers monde, avec un PNB par habitant équivalent à celui du Mexique ou de la Russie, beaucoup de Maghrébins ou de Roumains songeaient sérieusement à repartir dans leurs pays ou la situation devenait bien meilleure. Bizarrement, la majorité des travailleurs adultes était régi par un système très apparenté à l’ex système des intermittents du spectacle tant décrié à une époque : chacun travaillait trois ou quatre mois, puis était pris en charge intégralement pendant  cinq ou six mois.

Comme pendant toutes les grandes périodes troublées ou de grandes difficultés économiques, des bandes organisées parcouraient les campagnes et dévalisaient les exploitations agricoles, les petites entreprises et surtout les Trésoreries Publiques, le seul endroit ou il y avait encore un peu d’argent.

La France avait enfin réussi à faire le deuil de son passé colonial, en devenant elle-même un pays du tiers monde et une colonie américano-chinoise. Les disciples de Franz Fanon et du fameux historien Allégro exultaient : enfin les français pouvaient baisser définitivement leurs frocs  et se faire empapaouter par tous leurs anciens administrés coloniaux. Cela avait aussi un autre avantage énorme, la France étant ruinée ne pouvait accorder aucune aide et participer à aucune organisation internationale, ce qui supprimait toutes ses responsabilités envers ses anciennes colonies qui n’avaient toujours pas réussi à trouver des hommes d’Etat capables de les diriger honnêtement.

Le grand Président Bovis, devenu le Grand Petit Père des Peuples Opprimés, s’adressait chaque mois à la Nation pour affirmer qu’il continuerai à œuvrer pour que le bonheur continue à régner sur la douce terre de France.

Incidence heureuse du peu de valeur de la monnaie, du prix très abordable des terrains, de la main-d’œuvre à très bon marché, de nombreuses entreprises délocalisées en Asie ou en Afrique venaient se réinstaller en France et les régions traditionnellement industrielles comme la Lorraine ou le Nord avait retrouvé le plein emploi.

Calouet s’épongea de nouveau le front, rangea ses outils et se dépêcha de rentrer avant la nuit, il voulait terminer un chapitre avant que la nuit tombe, car il ne se sentait pas à l’aise pour travailler à la lueur d’une bougie.  L’inspiration lui étant revenue avec la retraite, il travaillait avec acharnement à la grande oeuvre de sa vie :  une saga des anciennes tribus anarchiques de la Grande Brière, entre Saint-Nazaire, Trignac,  Saint Lyphard    et  Escoublac , au temps de la bonne vieille démocratie libérale, ou les révolutionnaires de tous poils pouvaient s’éclater et  rêver de jours meilleurs.

  «  Viens, venez tous, il n’y aura de bonheur pour vous que le jour ou les grands arbres crèveront les rues, ou le poids des lianes fera crouler l’obélisque et courber la Tour Eiffel ; ou, devant les guichets du Louvre, on n’entendra plus que le léger bruit des cosses mures qui s’ouvrent et des graines sauvages qui tombent ; le jour ou, des cavernes du métro, des sangliers éblouis sortiront en tremblant de la queue »                                                                             Jean Giono