Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/05/2006

Progrès Mirages

medium_forge_3.jpg
-

 

 

Extrait de Maxime Laguerre (5)

 

 

«  Les Mirages du Progrès »

 

 

 

page 76… Nous appelons « idéologie culturelle » ce nouveau système de valeurs dont la pierre angulaire est la « croyance » que tout est acquis, que l’abstrait, l’intellect prime le concret, la matière, que l’être qui vient d’être conçu n’a pas de passé mais seulement un avenir.

 

Cette nouvelle doctrine était promue par les intellectuels soit par idéal, soit par intérêt. Pourquoi par intérêt ? Parce que dans ce nouveau système, les intellectuels deviendraient les donneurs de leçon selon les mérites que procure le savoir abstrait alors que, dans l’ordre naturel, seuls étaient retenus les mérites du comportement et du savoir-faire. Les leçons venaient de l’exemple.

 

Dans notre nouvelle idéologie, la hiérarchie vient du savoir abstrait, de ce qu’on appelle depuis peu la culture sanctionnée par des diplômes. Plus vous êtes diplômé, plus vous êtes dignes d’admiration et plus vous pouvez prétendre aux plus hauts postes. Cette idéologie s’est en grande parie substituée à l’ordre naturel pour lequel c’était la manière dont on se conduisait dans la vie, la manière dont on réagissait devant les événements, l’efficacité dans le métier qui vous jugeaient….

 

Ils furent nombreux en France et en Europe, convaincus que la Révolution de 1789 ouvrait une ère nouvelle de bonheur universel. Leur grande idée était que la compréhension et la bonne entente entre les individus se feraient d’elles-mêmes, d’abord en unifiant les symboles qui servaient à la communication abstraire, c’est à dire la langue et les systèmes de mesure….( suppression de toutes les langues locales et patois)

-

Maxime Laguerre

 

 

16/05/2006

La Fontaine

medium_france_intello.jpg
-

 
Extrait de Maxime Laguerre (4)
 
«  Les Mirages du Progrès »
 
 

page 72…Puisque j’ai cité La Fontaine dont les fables expriment une philosophie de la vie telle qu’elle était acceptée par la sagesse populaire, voici la morale d’une fable peu connue : « La souris métamorphosée en fille » :


 

«  Il faut en revenir toujours à son destin.

C’est à dire à la loi par le Ciel établie :

Parlez au diable, employez la magie

Vous ne détournerez nul être de sa fin »


 

Cet ordre de valeurs que nous appelons ordre naturel ne pouvait plaire aux intellectuels, et ceci pour différentes raisons. A cette époque on jugeait les êtres sur leur comportement et non sur leurs idées. Tartuffe a peut-être de belles idées, mais son comportement est méprisable. Faut-il le juger sur ses idées ou sur son comportement ? Molière, qui fait partie  de l’ordre naturel, pense qu’il faut le condamner, mais la position des intellectuels est différente : les idées priment tout. Il est même mesquin de parler du comportement d’un homme qui a de belles idées. Les idées font l’homme.


 

C’est pourquoi Molière fut si férocement combattu par une partie du clergé formée de purs intellectuels. De nos jours les tartuffes seraient admirés, leurs paroles médiatisées et celui qui oserait parler de leur comportement contraire à leurs paroles serait définitivement disqualifié pour ignominieuse bassesse….


 

Pour les hommes de l’ordre naturel, ce sont les actes  qui jugent l’homme »  et c’est là une ligne de partage entre la nouvelle idéologie que préparent les intellectuels et l’ancien ordre naturel.


                                      Maxime Laguerre

12/05/2006

Progrès Mirages

-

 
Extrait de Maxime Laguerre(3)
 
«  Les Mirages du Progrès »
 
 

page 54…. Le mécanisme du « système sorcier » est le plus primitif et le plus simple. En découlent des systèmes semblables, parfois très sophistiqués, permettant aux plus doués d’esprit ou d’imagination d’utiliser l’énergie physique des producteurs ** pour obtenir d’eux tous les biens matériels dont ils ont besoin.


 

Le sorcier se dit l’intermédiaire – le seul intermédiaire – entre les puissances surnaturelles appelées dieux et les hommes de la tribu. *Comment a-t-il été désigné, comment peut-il communiquer avec les dieux, c’est son secret….Que peuvent ces derniers ? Tout ce que les hommes espèrent et ne peuvent réaliser. C’est pour les demandes individuelles ou collectives que le sorcier va intercéder. IL va le faire au cours de cérémonies spectaculaires, et il demandera beaucoup de présents pour les dieux…


 

Or,  seul le hasard fait coïncider la demande et sa réalisation. Cependant si la réalisation ne vient pas c’est que les dieux, explique le « sorcier », sont mécontents de leurs fidèles…


 

Le sorcier désire le pouvoir avec tous les avantages qu’il peut procurer : considération, argent, avantages en nature. Le sorcier est par principe l’intermédiaire entre le peuple et les puissances qui peuvent influer sur l’avenir de celui-ci. De nos jours il est progressiste. Il se veut le maître de Progrès qui fait évoluer notre société vers le paradis terrestre perdu. Vers l’utopie.


 

Les sorciers, lorsqu’ils font de la politique, parlent beaucoup, savent créer un cérémonial qui les met en valeur, déclarent qu’ils sont au service de leurs frères, de leurs concitoyens…


 
Maxime Laguerre
 
* En 2006, les psychanalystes, les communicateurs, les alter-mondialistes ,les analystes-programmeurs, les publicistes ….
 
 
** En France, depuis la nuit des temps, 90 % des sources de  la richesse proviennent de l’agriculture.