Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/06/2007

ELECTIONS,Elections, élections....

31ea62b30c62bdbe38d38959aac3a43f.jpg

Méli-mélo anarcho-démocratique

Un spectacle grand-guignolesque

La fin d’une illusion utopique ?

                     Samedi 16 juin 2007, demain,  enfin, nous allons un peu pouvoir respirer et laisser nos oreilles en paix…Ras le bol des slogans politiques et des professions de foi des nouveaux enfants de cœur de tous les bords politiques : on commence à frôler l’overdose….Plus d’un an que l’on est presque obligé de prêter nos oreilles, nos yeux, nos sens et notre entendement à la presse, à la radio, à la télé, et maintenant, en plus à Internet avec ses sites et ses blogs… Le spectacle de l’étalage de tous ces credo plus ou moins surannés, de tous ces serments la main sur le cœur, de toutes ces théories économiques, politiques, financières, sociales, idéologiques, écologiques, avec en cerise sur le gâteau le fameux «  Développement  Durable », m’a laissé un peu abasourdi, et m’a amené à me poser des questions sur ce soit-disant régime politique merveilleux qui nous régit : la DEMOCRATIE….

La pérennité de toutes les constructions religieuses, philosophiques ou politiques, ne repose que sur le maintien et la continuation d’une croyance ou d’une foi, celles en la démocratie semblent vaciller sur leurs bases après approximativement deux mille cinq cent ans d’existence…Nos  historiens donnent la paternité de cette manière de gouverner les hommes à un brave monsieur, dénommé Solon, archante de son état ( une sorte de ministre ), vers – 550, à Athènes. La demi-douzaine de principes révolutionnaires introduits à l’époque par ce réformateur sont toujours d’actualité, mais ils n’ont guère eu de succès depuis et aucuns dans le monde tel qu’on le voit en ce début du XXI me siècle…

-         Supprimer l’esclavage pour dettes

-         Rendre aux paysans les terres confisquées

-         Encourager les cultures de l’olivier et de la vigne

-         Admettre le peuple dans l’Assemblée, pour discuter les affaires importantes de la Cité.

-         Il crée le tribunal de l’Héliée, composé de gens du peuple tiré au sort.

Après deux millénaires d’expériences diverses, les régimes politiques dits démocratiques, devraient vivre aujourd’hui dans un climat social apaisé, un mode de vie ou chacun devrait trouver le nécessaire, et les élections des candidats au pouvoir n’être qu’une formalité à renouveler périodiquement, en fonction des résultats de l’équipe au pouvoir… Le spectacle d’une quinzaine de mois de campagne électorale, la mauvaise foi évidente de beaucoup de candidats,  les noms d’oiseaux échangés entre les partisans d’une faction ou d’une autre, est absolument consternant… Tout cela apparaît au niveau de la petite France, mais aussi, et c’est vraiment très grave, au niveau de la construction de l’Europe, dont l’impulsion créatrice a été donné par des hommes politiques d’une haute conscience humaniste, et qui se transforme petit à petit en république bananière….

Pendant toute la durée de cette campagne électorale, il y a eu le spectacle consternant des médias classiques, mais quand on parcourt la plupart des sites Internet et des blogs ou s’expriment des gens jeunes, et apparemment d’un haut niveau intellectuel, tous plus ou moins alter-mondialistes, dont les moindres qualités sont l’ironie, la raillerie, et la volonté de foutre tout le système en l’air, on ne peut que se dire que toutes les vieilleries démocratiques sont obsolètes, et qu’elles n’ont plus aucun avenir dans le monde…Quoi que l’on fasse, et pour pallier à la chienlit généralisée,  il y a un renouvellement complet des concepts politiques dits démocratiques dans l’air, sous quelle forme, comment, nos bons vieux historiens y répondront dans quelques siècles en arrangeant la sauce… Aurons-nous un Solon-Bis pour émettre d’une façon claire et précise la douzaine de principes à appliquer et à suivre pour ramener un peu d’ordre dans le monde ?

Pour terminer et en forme d’humour noir, une liste de nations se déclarant officiellement des démocraties et portant souvent la dénomination «  République Démocratique et Populaire » : Guatemala, Niger, Syrie, Azerbaïdjan, Yémen, Chine, Algérie, Géorgie, Sierra Léone, Kazakhstan, Corée du Nord, Tunisie, Guinée, Vietnam, Birmanie, Congo, Turquie, Iran, Angola, Libéria, Bangladesh,  Cuba, Egypte, Nigeria, Haïti, Sri Lanka, Ouganda, Soudan, Zimbabwe….

Quelques sites à se mettre sous la dent

Histoire de la démocratie

Naissance de la démocratie

Dix grands moments

La République bananière

Définition de « Elections »

Régime démocratique

Modèle à ne pas suivre

Une piste possible

Une autre

                             

   

 

04/05/2007

PEUPLE DISPARU ?

medium_france_craquee_5.JPG
 

La disparition d’un Peuple

Avis de recherche désespéré.

Similitudes et irréductibilités, titres de paragraphes :

 

·  L’acheminement à la ruine

·  La dépopulation

·  L’appauvrissement

·  Lourdeur des impôts

·  La décadence militaire

·  Les barbares dans l’empire.

 

Non, ce n’est pas un article du Monde ou du Figaro sur l’état de la France en ce début de XXI me siècle, non, pas du tout, ce sont les derniers chapitres d’un livre sur l’Histoire Romaine, vers les années 200/300 de notre ère….

 

Dans les années soixante dix, André Frossard, célèbre chroniqueur au Figaro, avait écrit à peu prés ceci : «  plus la peine d ‘aller chercher des barbares au fin fond de l’Asie, ils sont là, dans la rue, à notre porte »

 

Le spectacle de la Gare du Nord à Paris, en cette soirée du 27 mars 2007, confirme l’espèce de prophétie de Frossard : mettre une gare ferroviaire de voyageurs à feu et à sang, pour un gus qui n’a pas payé son billet, relève de la barbarie intégrale…  Et ces  personnes, qui n’acceptent pas qu’un contrôleur de la SNCF ait le droit de faire son travail,  critiquent et assassinent la France et les Français à longueur d’années, alors que la France d’aujourd’hui, ce sont ceux-là mêmes qui refusent de payer un billet de train, ce sont ceux-là qui font la loi dans les médias, ce sont ceux-là qui répandent des méthodes de gangsters dans la vie de tous les jours….

 

Les Français qui avaient vingt ans dans les années cinquante avaient tous reçu une éducation solide, quel que soit leur milieu social, ils avaient tous appris que ce soit par le catéchisme catholique ou par la morale inculquée par les instituteurs de la République, à respecter leurs semblables, à respecter leurs parents et les vieux, à respecter les représentants de l’Etat, à respecter ceux qui les servaient tous les jours dans les commerces ou les hôpitaux ou les transports publics, et en respectant les autres, ils se respectaient eux-mêmes.  Tout cela a été balayé en quelques décennies par les barbares soixanthuitards, rien de ce qui faisait de la France un pays civilisé et agréable à vivre ne subsiste, alors ceux qui se plaignent de la France telle qu’elle est devenue, n’ont qu’à se retrousser les manches, prendre les conseils des anciens et se mettre au boulot : ce n’est pas en invoquant les sorciers à grand renfort de tam-tam que la France va redevenir un espace ou l’on peut gagner honorablement sa croûte.

 

Tous nos grands intellectuels dits progressistes et le Pape de l’Athéologie peuvent se tortiller le cul dans tous les sens, ils ne pourront pas nier indéfiniment que ce qui faisait la grandeur et la bonhomie de la France et des Français, dans tous les domaines, dans tous les sens, c’était la grandeur du peuple catholique. Evidemment je ne parle pas du méli-mélo baroque de toute la hiérarchie ecclésiastique qui frayait plus avec les grands de ce monde qu’avec les sans-grades de la chrétienté, quand je parle du peuple catholique, je parle des gens du peuple, des ouvriers, des paysans, des commerçants, des artisans, des mères de famille, en fait de tous ceux qui vivaient dans la pauvreté, mais dignement et chaleureusement.   Ce qui peut même paraître incongru et paradoxal pour nos grands intellos aveugles et sourds, c’est que les gens du peuple, pendant la grande période «  rouge », c’est que les communistes du peuple étaient en fait des catholiques qui appliquaient en pratique ce que les Evangiles leur prescrivaient. On peut même dire que le communisme était une religion avec ses rites, ses fêtes, ses saints, son catéchisme, avec en prime, le « bon petit père des peuples »…

 

Tout ça s’est arrêté en 1968, quand les petits bourgeois progressistes et keynésiens se sont infiltrés partout et ont pris le pouvoir , en particulier dans les médias. Toutes les règles morales à minima qui prévalaient pour la très grande majorité des Français sont parties à veau l’eau, et tous les petits naïfs et les grandes naïves qui ont cru à la fameuse « libération des mœurs » sont aujourd’hui soumis à l’esclavage permissif qui ne profite qu’aux escrocs et aux arrivistes sans scrupules.  Le spectacle affligeant de la campagne présidentielle 2007 démontre la goujaterie et l’imbécillité de tous ceux qui prétendent aujourd’hui tenir le gouvernail moral de la société française : nos prétendants à la magistrature suprême, dans leurs tentatives héroïques pour donner un peu de « sens » à leurs discours ne font qu’enfoncer un peu plus le clou de la médiocrité. Ce n’est pas un Ministère de l’Identité, quelques milliers de petits drapeaux tricolores agités le 14 juillet et quelques slogans qui font un peuple… Pour faire un peuple il faut 1000 ans, 2000 ans, 3000 ans ou plus même, et la première particularité du peuple français c’était d’avoir été longuement  façonné par le christianisme, la deuxième d’avoir été le point de chute final de centaines de déferlements de nomades qui se sont lentement et totalement agglomérés à la souche originelle.

 

Il est presque incompréhensible d’avoir vu le peuple français se déliter en une trentaine d’années, poussé par une espèce de volonté de suicide collectif, comme les fameux lemmings, qui ne se supportant plus entre eux,  deviennent hyper agressifs et errent sans but, se faisant bouffer par les rapaces, et finissent par se suicider collectivement en se noyant derrière leurs meneurs qui ne peuvent plus les retenir…L’agitation absurde et l’hyper agressivité de beaucoup de jeunes Français ressemble un peu à ça, ils errent sans buts et se démènent frénétiquement dans les rave- parties, sous les yeux attendris des ex-soixantehuitards installés aux postes clefs de la société française.…

 

Tout est fait dans la société française actuelle pour mettre les gens mal à l’aise et blesser leurs convictions intimes, les méthodes de travail, la gestion des entreprises, la pornographie, la publicité  pour les déviations sexuelles, le reproche permanent fait au peuple d’être des colonialistes, des racistes et des esclavagistes,  alors que cette histoire ne concerne qu’une infime minorité de Français, les leçons quotidiennes de savoir vivre prodiguées par tous les médias, comme si les Français étaient des ignares, etc, etc…. Quelques voix se sont élevés dans le désert, Max Gallo, Jacques Julliard, Renaud Dutreil, Pascal Bruckner, Brighelli, mais elles sont presque inaudibles dans le tintamarre des  anti-colonialistes professionnels et autres masochistes contemplateurs de nombrils, intellectuels dits progressistes pour la plupart du temps de gauche.. Quand on met la majorité d’un peuple  mal à l’aise, c’est toute la société qui est mal à l’aise et les fameuses minorités que les médias prétendent défendre deviennent elles aussi de plus en plus mal à l‘aise… Un peuple, un Etat, une nation, ne peuvent  vivre et prospérer sans une conviction spirituelle commune, qui les transcende et leur donne de l’espoir,  et  le moteur spirituel du peuple français c’est le christianisme, si l’on en revient pas rapidement  aux «  fondamentaux » de base, la France est foutue… Ce qui est assez effarant, c’est cet espèce de silence apeuré des manitous de l’Eglise française, dont la hiérarchie semble elle aussi gangrenée par un intellectualisme décadent et pervers.

 

Ce qui est étrangement  paradoxal et incompréhensible , c’est que plus des soit disant « spécialistes » prétendent s’occuper du peuple, plus les choses vont mal… Pendant des siècles les gens du peuple se sont démerdés par eux mêmes, et ont toujours réussi à s’en sortir, aujourd’hui des régiments entiers de psychologues, sociologues, technocrates sociaux, médecins, économistes ménagers, puéricultrices, statisticiens vaticinent du matin au soir dans tous les médias comme si les gens du peuple étaient des débiles et tout va de plus en plus mal…

 

Il n’y a plus de peuple en France en ce début de XXI me siècle, tous les quidams lambdas français ont tellement été robotisés et formatés par les sbires de l’Education Nationale que leur seule prétendue originalité est de suivre les modes vestimentaires, touristiques et sexuelles des petits bourgeois, comme des moutons de Panurge… Pourtant, il y a moins d’un demi-siècle en France, dans le moindre village, chaque habitant avait son originalité et son propre comportement, et l’on connaissait plus les gens par les surnoms qui les caractérisaient que par leur patronymes.  C’est presque fini tout ça, pourtant le peuple c’est la «  substantifique moelle » d’une nation, c’est là que les grands créateurs artistiques des siècles précédents sont allés chercher l’inspiration, en particulier dans la musique. Le compositeur mondialement connu, Bela Bartok, recueillit dans les années 1900/1910, des milliers de mélodies et de chansons populaires en Europe Centrale, une véritable mine d’or pour ses futures œuvres …. Pendant des millénaires les peuples n’avaient même pas conscience de ce que l’on qualifie par inventivité, les gens du peuple n’avaient pas besoin de mettre une définition sur une inspiration artistique qui faisait partie de leur vie.

 

Et le peuple c’était l’ultime ressource pour les artistes et les intellos en mal  d’inspiration : ils pouvaient s’y plonger sans aucuns soucis et à moindres frais, les gens du peuple ont toujours été des gens généreux et en plus, ils s’en foutaient totalement des préoccupations musicales, littéraires, graphiques ou plastiques de leurs hôtes … Aujourd’hui cela n’existe plus qu’en fiction, mais ça réchauffe vraiment le cœur d’aller passer deux heures au cinéma avec Odette Toulemonde !!

 

Décousures

 

Le peuple, mythe et réalité

L’escroquerie culturelle

Normes et déviances

Du peuple au public

Décadence

Odette Toulemonde

                                     

 

 

   

                                                     

 

28/04/2007

E. Bay Roux Président

medium_clem_14.18_Bay_OKK.jpg
Le Père la Victoire, enfin élu Président en 2017, visite la France, ravagée par les ouragans Ségola et Sarkola...
Musique de circonstance

podcast