Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2006

Science et Vie

-

Plus les hommes veulent régler tous les problèmes de la vie sur la terre par des moyens scientifiques et raisonnables, plus cela va de plus en plus mal …


 

Car, il faut bien l’admettre et se le dire, il n’y a pas de solution humaine au mal être des humains sur la terre, sinon, depuis six ou sept mille ans que l’on conserve la mémoire de la pensée,  on le saurait.


 

Ah, si, c’est vrai, les olibrius déjantés de 1968 avaient trouvé des solutions miracles et merveilleuses, la décontraction, l’élevage des chèvres et la baise à tout va…. Mais ça n’a marché que le temps de la jeunesse, quand on rencontre aujourd’hui des vieilles baba-cools sexagénaires au teint fripé par les joints, on comprend vite que l’idéologie soixante-huitarde est retombée comme un soufflé mal cuit.


 

Ce qui est étonnant, vu le nombre impressionnant de diplômés d’Etudes Supérieures sévissant dans le monde occidental, c’est que l’on continue à vouloir gérer la vie des humains par des concepts intellectuels et scientifiques, quitte à les imposer par des moyens coercitifs… Le terrible exemple du bolchevisme et des fameux «  Lendemains qui Chantent », avec ses millions de victimes et de martyrs n’ a pas suffi pour calmer les ardeurs des révolutionnaires de tous poils. 


 

Vouloir continuer à édifier une cité au nom de la «  RAISON » et de la «  SCIENCE » est une aberration, les promoteurs des goulags et autres camps de concentration ont construits ces horreurs de façon cartésienne et raisonnable par rapport à leurs idéologies. Quoi que l’on fasse, l’être humain a un comportement totalement irrationnel et imprévisible, aucune loi, aucune règle,  aucuns «  Droits de l’Homme », ne peuvent vraiment lui faire adopter une conduite sensée et équilibrée. Alors, comment  faire en sorte que les êtres humains se comportent le mieux possible, tout en admettant qu’ils ont le cuir dur et les neurones enfarinés, eh bien, il n’y a pas d’autre solution que la religion… Seule une foi profonde et irrationnelle dans une déité et une transcendance,  peut faire que chaque homme se sente directement visé et surveillé dans chacun de ses actes, soumis virtuellement à une justice immanente, et essaye, dans la mesure de ses moyens intellectuels et physiques, de réfréner ses pulsions barbares.

                                                               -

                                               Business Intelligence

 

 

10:45 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (2)

29/03/2006

Au général Bigeard

-
 
                             Votre livre : «  Adieu ma France »
 
 
 

J’ai lu en même temps votre ouvrage et celui de Jacques Julliard «  La malheur français », les deux ayant pratiquement le même thème : la France part en couilles…. Vous me pardonnerez mon langage un peu direct, j’ai apprécié les deux analyses, mais mieux compris la vôtre, car vous vous exprimez en homme du peuple, sans fioritures, avec votre cœur et vos tripes.

 

On peut dire sans trop se tromper que la clef de la dégringolade est résumée page 203 quand vous dites «  le corps social du pays n’est plus sain »…. Les Français renâclent au boulot, ne se comprennent plus, tirent à hue et à dia, se croient toujours lésés….la société est devenue une sorte de patchwork méconnaissable, assemblage disparate d’intérêts personnels, de récriminations, de jalousies, de bassesses et d’arrivismes forcenés.

 

Mais combien de gens en France, aujourd’hui, parmi ceux qui ont moins de cinquante ans , peuvent comprendre ce que vous essayez d’expliquer ? Malgré mon âge certain, bientôt soixante et onze ( évidemment je suis un gamin à côté de vous !! ), je me suis initié à l’informatique et explore un peu les sites et autres blogs fort à la mode, et je puis vous affirmer que la génération des moins de 40 ans est à des années lumière de l’éducation que nous avons pu recevoir !

 

Comme je le dis en plaisantant «  j’ai, passé mon enfance au 19me siècle et je finis ma vie au 21 me, en ramant dans cet espèce d’enfer matérialiste, ou les sentiments ont été mis à la trappe, et ou seuls compte la vitesse et le fric …J’étais le dernier de ma génération et suis le seul rescapé, et quatre générations me poussent au cul, en se demandant quel est ce vieux schnock aux idées bizarres et rétrogrades. Mon père était un héros de Verdun ( Croix de Guerre, Médaille Militaire, Médaille de Verdun, Médaille des Blessés, avec six citations diverses….), il n’en parlait pas beaucoup, comme tous les vrais héros, mais nous avons été élevé dans le respect de la nation.  Personnellement, je n’avais pas la fibre militaire, mais j’ai effectué mon service sans rechigner, 27 mois quand même en Algérie, entre 1955 et 1957, mais sans avoir tiré un coup de fusil !! Ayant la fibre de la bougeotte, j’ai travaillé au Sahara de 1957 à 1964, et je peux affirmer, contrairement à ce qui se raconte aujourd’hui, que le peuple algérien n’avait absolument aucune animosité envers les Français.

 

Je suppose que vous n’aimez pas être plaint, mais, au fil des pages, j’ai souffert pour vous, car il apparaît que tous les sacrifices consentis par votre génération pendant la deuxième guerre mondiale, sont passés à la trappe, oubliés, laminés par le temps et l’histoire … Car, mon Général, qu’est la France aujourd’hui dans le monde ? A côté des mastodontes chinois ou indiens, nous sommes un peu la Bretagne ou l’Aquitaine quand les Capétiens les réunissaient à l’Etat Français, l’HISTOIRE est inflexible et aveugle ! Les récentes péripéties du voyage du Clemenceau ne sont pas à notre honneur et sont un peu une allégorie de notre place actuelle dans le monde. 

 

Personnellement, avec le recul du temps, je vois deux choses qui ont précipité la France dans cet état de décomposition :

 

1/ La débandade de l’Eglise Catholique, qui a voulu se soumettre à la mode et a abandonné le peuple. Dans mon village, quand j’étais gosse, la moitié des gens était «  coco » et l’autre moitié « catho », mais tous les gosses, sans exception, allaient au catéchisme, et même s’il en restait peu dans les têtes, le langage était le même et tout le monde se comprenait. En fait, c’était cela, je crois, qui faisait que le « corps social  du pays » était sain.

2/ La mainmise de l’esprit petit-bourgeois dans tous les domaines, depuis les fameux événements de 1968, concoctés par des petits privilégiés bêtes et méchants, qui ne se sont pas rendu dans quelle merde ils précipitaient le monde.

 
Excusez tout ce laïus mon général, votre livre a déclenché en moi tout un processus de réflexion et je vous en fais part , c’est que, quelque part, vous avez touché juste ! Vous tenez à rester optimiste, c’est tout à votre honneur, je serai plutôt réaliste, l’Histoire avance comme la marée montante, elle est aveugle et rien ne lui résiste : nous avons été colonisés par les Romains, nous avons colonisés d’autres peuples, et vu l’état d’esprit actuel, nous sommes de nouveau à la veille d’être re-colonisés, mais sous quelle autre forme ? 

 

 

08:55 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (1)

27/03/2006

Qui veut abêtir les Français ?

medium_culture_mondiale.jpg
-

Les récompenses des Victoires de la Musique 2006 ont atteint des sommets dans le domaine de l’abrutissement systématisé, trois récompenses pour une chanteuse qui ne s’exprime qu’en onomatopées et autant pour un chanteur qui n‘ouvre pas la bouche en chantant, ce qui revient à peu prés au même.  Il n’y pas encore si longtemps, nous avions des chanteurs-compositeurs qui distillaient les mots presque note par note, et qui ciselaient les paroles presque syllabe par syllabe ( Brassens, Ferré, Brel, Trenet… ) En ce temps là, la chanson française était une reine et paradait dans le monde entier !


 

Il n’y a pas si longtemps non plus, le plus petit paysan et la plus petite paysanne du fin fond de la France profonde, était capable de chanter une bonne centaine de chansons accumulées pendant des siècles, comptines, sérénades, danses, etc... Le peuple était pour ainsi dire le conservatoire naturel de la poésie et de la musique, tous les artistes venaient puiser là leur inspiration et presque toutes les grandes compositions musicales sont issues de mélodies populaires.


 

De temps à autre, un auteur se rappelle ses sources et sort une chanson que l’on peut facilement apprendre et chanter, mais c’est l’exception, que va-t-il en être des gamins et des gamines abreuvés de tam-tam, de rap, de musique techno assourdissante, et de chansons en onomatopées ? Des abrutis et des abruties nanties d’oreilles handicapées, prêtes à plébisciter la mondialisation du char d’assaut médiatique américain ?


 

Entre la chanson en onomatopées, la méthode globale fabricant des illettrés, les messages SMS en langage phonique et les traductions par ordinateur, dans dix ans les Français parleront en langage shadokien : zozobu = autobus, gaga = ça va, meumeu Gameu = frère Jacques agrémenté de quelques Help, Spaff, Plouf, Houla ou Buerg….

 

 

16:10 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (4)