01/05/2011

ALZHEIMER... PARLER...DIRE...

 

 

 

separation 1.JPG

 

Séparation poignante et inexorable…

 

 

 

 

IL est un peu plus de 11 H, je rentre à la maison, j’ai accompagné  Andrée, mon épouse,  à l’EHPAD de la Maison de Retraite voisine ou elle est entrée ce matin. En fin de compte cela s'est assez bien passé, nous lui avons expliqué pendant plusieurs jours que je ne pouvais plus la garder à la maison, mais comme Andrée ne sait plus du tout ou elle est, je ne lui ais rien dit en partant, , nous avons pris le sac habituel pour l'Accueil de Jour, nous sommes entrés dans la maison de retraite, la directrice nous attendait, elle est partie avec Andrée, pendant que je faisais des formalités... 

 

Ce matin vers 9H, nous avons bu notre dernier café ensemble, Andrée et moi. A la radio, en sourdine, on entendait le célèbre  tube  des années 50, « Petite Fleur »  interprétée par Sydney Bechett  avec talent  à la clarinette et qui en composa les paroles ..

 

." N'aies pas peur,

Cueillie au fond d'un cœur

Une petite fleur

Jamais ne meurt. "

 

Il faut dire simplement que je commençais à être complètement débordé, il arrive un moment ou la bonne volonté et le courage ne suffisent plus, vu la régression de l'état de Andrée depuis un mois et demi, il me fallait être au four et au moulin jour et nuit, et à septante sept printemps, on arrive assez vite à ses limites physiques... Ajouter à cela son incapacité à dire ce dont elle avait besoin, y compris pour se déplacer dans la maison, il était temps qu'elle entre dans une institution ou les choses sont facilitées par une organisation adéquate et bienveillante en même temps

 

La proposition d’une chambre, aménagée Alzheimer,  le 3 avril, m'a paru être une aide de la providence, au bon moment...  Quoique la décision soit très, très difficile à prendre... peut-être que c'est plus facile d'emmener son père ou sa mère dans ce genre d'établissement, quoique que... mais y emmener son mari ou sa femme, cela devient une épreuve très éprouvante et anxiogène ....

 

Le jardin est fleuri, le tamaris, la glycine, le lilas, les iris, les clématites naines, sont en fleurs, cela console un peu de la tristesse ambiante.. mais c’est une maigre consolation.

 

Que vais-je faire demain… ? Après-demain… ? Comment accepter de rayer de son existence 53 années de vie commune et d’amour partagé… ? Les psychothérapeutes de tous poils savent bien envelopper tout cela dans un tissu pseudo- consolateur …  « il faut que vous fassiez le deuil de ce demi-siècle de vie familiale… ». Bon, et puis après, il est impossible de n’être pas obsédé par la pensée de votre compagne enfermée, dans un certain confort certes, mais enfermée quand même, pour le restant de ses jours… 

 

 

jeudi 14 avril 2011

 

                          

 

 

 

Commentaires

Merci de votre visite et de vos brins de muguet...

Et plein de courage à vous pour cette nouvelle épreuve à surmonter...

Septante sept printemps?! Votre style ne les fait pas! :-)

Écrit par : Rouge | 01/05/2011

Juste un petit signe, pour vous dire que je vous ai lu...
Je vous souhaite le courage qu'il vous faudra pour affronter cette séparation...

Écrit par : Coumarine | 01/05/2011

Merci du fond du coeur, Maurice, pour cette délicate attention que tu as eue pour moi.

Sache que je continue à penser à vous deux. Le printemps est là, et parfois il suffit d'une petite fleur pour me donner, pour nous donner, encore une fois, l'envie de continuer la marche, mais vers quoi ?


amitiés

Dominique

Écrit par : papydompointcom | 02/05/2011

Très émouvant...
Cela me rappelle des souvenirs.
J'ai accompagné ma belle-mère qui est restée 5 ans dans un établissement spécialisé, très humain où elle a été "heureuse".
Elle a pu communiquer jusqu'à la fin même si elle ne nous reconnaissait plus...
Pour moi, je garde un bon souvenir : ça peut choquer...
Nous avions eu des relations très conflictuelles... Et c'est moi qui ai eu le plus l'occasion de la visiter. Elle avait baissé sa garde et nous nous sommes réconciliées..

Écrit par : Rosa | 28/05/2011

Merci Maurice de ton passage et de ton commentaire gentil.

Merci de donner de tes nouvelles.

"La belle Poule" je ne pense pas l'avoir vue mais je suis monté à Anvers sur sa sister- ship je crois l'Etoile.


Dominique

Écrit par : papydompointcom | 02/06/2011

Je suis passée quelques fois sur votre blog, discrètement car vous, ou plutôt votre prose m'intimide ?
Ces confidences que vous nous faites sont douces-ameres.
Le départ de nos enfants lorsqu'ils quittent le foyer m'ont fait le même effet et je me suis posée la même question "et maintenant que vais-je faire ?" je retiens la séparation poignante...et vous souhaite pour votre épouse et vous-même le plus doux avenir si cela est possible dans cette circonstance.
Merci pour vos écrits

Écrit par : Charline | 06/06/2011

Bonjour Maurice, merci pour ton passage sur mon blog. J'ai lu ta note avec grand intérêt. Oui, elle est enfermée, tu le sais toi, mais pas elle. Je pense que tu iras la voir souvent si c'est près de chez toi ! Toutes mes amitiés ...

Écrit par : tinou | 21/06/2011

Merci Tinou, j'avais ressassé mille consolations plus ou moins acceptables, mais pas celle que tu me proposes, qui est l'évidence même... Cela me soulage d'un énorme poids...

Merci encore et bonne semaine dans la bonne ville de Tours...

Écrit par : maudub | 23/06/2011

Bonsoir Maudub et merci de m'avoir communiqué le lien de ce blog où je passe pour la deuxième fois.

Je suis très émue par la note que je viens de lire. En fait je pense que ces mots doux sans être trop amers doivent être une vraie consolation pour tous les gens qui ont à affronter cette maladie.

Je vous souhaite beaucoup de force pour la suite et surtout de peut-être vous souvenir des plus belles choses de votre vie sans trop s'attarder sur ce qui est difficile.

Écrit par : strand | 25/06/2011

Un petit bonjour en passant. J'ai donné l'adresse de ton blog à un autre ami blogueur.

Dominique

Écrit par : papydompointcom | 13/07/2011

Cher Monsieur, Ami blogueur.
Vous ne me connaissez pas et je ne vous connais pas : c'est notre ami commun, Dominique MERLEN, qui m'a communiqué l'adresse de votre blog... J'y ai lu avec émotion le récit que vous y faites de l'entrée de votre épouse, atteinte d'ALZHEIMER, dans une EHPAD.Je suis moi-même un prêtre d' Orléans, âgé de 83 ans, et résidant dans ce genre de maison, qui porte le nom de "EHPAD -NAZARETH", structure toute neuve de 77 lits, parmi lesquels 15 sont réservés (par convention avec le Diocèse) pour les prêtres âgés. Il existe dans la maison un lieu "fermé" (appelé joliment "LAGON") qui accueille 15 personnes dans la situation de votre épouse... Personnellement, je ne suis pas atteint de cette maladie, et suis l'un des plus "valides" parmi les résidents...
Mais je "respire" jour et nuit l'air de cette maison peuplée de grands vieillards plus ou moins invalides : que de fauteuils roulants, de déambulateurs, de cannes (anglaises ou non)! La direction fait ce qu'elle peut pour "animer" ce peuple spécial, mais ce n'est pas facile! Aussi, je comprends bien votre peine et votre désarroi... Je n'ai pas de solution-miracle à vous proposer, hélas! Mais, comme vous le savez, les facultés mentales ont beau sembler absentes, elles sont là... prêtes à jaillir touts neuves au jour où Dieu le voudra! C'est ce qui doit nous aider à vivre;.. et je crois savoir que vous êtes chrétien! Je prierai donc avec vous et pour vous ainsi que pour votre chère épouse...
Avec ma respectueuse amitié
G.Jeuge

Écrit par : Père Gabriel JEUGE | 13/07/2011

Bonjour Gabriel,

J'ai été trés touché par votre note, et vous remercie.
Vous êtes en effet bien placé pour observer les comportements des uns et des autres.. Dans la maison de retraite ou se trouve mon épouse, c'est la même chose, il y a environ 70 anciens ayant toute leur tête et sept ou huit qui ne l'ont plus.. Les uns et les unes vont clopin - clopant et les autres vont et viennent, perdus dans leur monde intérieur, tels de purs esprits...
Les différentes formes de la maladie d'Alzheimer sont toujours des drames familiaux, sociaux et financiers aussi.. Personnellement, si j'ai accepté raisonnablement l'unique solution pratique possible, je n'arrive toujours pas à " conceptualiser " cette situation absurde.
Oui, je suis chrétien, pour de vrai, dans toutes les pérégrinations de la vie.. Dieu nous donne beaucoup de choses, puis IL en reprend, c'est un mystère.. Quand nous sommes dépassés, il ne reste que la prière... et je garde intacte l'Espérance...
Le "fléau" Alzheimer aura au moins eu le mérite de porter un coup d'arrêt à l'orgueil démesuré de la médecine scientifique... Les médecins honnêtes, aujourd'hui, avouent qu'ils ne savent rien de cette maladie, arrivent à la ralentir, mais ne savent pas la soigner...
Je vous souhaite un bon dimanche Gabriel et je vous embrasse.
Maurice 81600 Gaillac

Vous invite à faire une petite promenade :
www.tarn-rando.fr

Écrit par : maudub | 17/07/2011

C'est un lien chez Papydom ou je regardais vos timbres qui m'a conduit sur votre blog....
Cette maladie est terrible et j'ai rendu visite pendant 5ans à ma belle-mère qui était dans un tel lieu de vie.Elle semblait heureuse et avoir trouvé une sorte de paix intérieure.
Je vous souhaite; "Bon courage" et vous présente mes amitiés
Nicole

Écrit par : ALN | 15/08/2011

J'ai vu mon grand-père souffrir de cette maladie et devenir un autre homme. j'ai encore parfois du mal à chasser l'image de ses derniers jours. Elle reste tenace et pourtant ce n'est pas celle qui lui ressemblait le plus.
J'ai vu aussi ma grand-mère souffrir et commettre son premier acte d'appel au secours car elle était dépassée par la situation.
La place trouvée dans une maison de retraite pour mon grand-père, lui a permis de le retrouver plus sereinement...enfin je crois.
J'ai vécu cette maladie avec des kilomètres de distance et difficilement quand j'étais présente. J'imagine comme le quotidien devient difficile.
Toute décision est difficile à prendre.
Peut-être qu'aujourd'hui vous voyez les choses plus sereinement ?

Écrit par : Phany | 11/09/2011

Oui un montre qui déchire une famille, je compatis

Écrit par : Rachida | 19/09/2011

En passant ,je découvre votre blog et la douloureuse nouvelle qui vous frappe. Je vous présente mes sincères condoléances et je suis de tout coeur avec vous même si nous ne connaissons pas. je connais la douleur de perdre le compagnon d'une vie mais la vie continue . La famille , les enfants , les petits-enfants sont là pour nous épauler.
Bon courage .

Écrit par : sarah | 28/09/2011

En passant ,je découvre votre blog et la douloureuse nouvelle qui vous frappe. Je vous présente mes sincères condoléances et je suis de tout coeur avec vous même si nous ne connaissons pas. je connais la douleur de perdre le compagnon d'une vie mais la vie continue . La famille , les enfants , les petits-enfants sont là pour nous épauler.
Bon courage .

Écrit par : sarah | 28/09/2011

Par le biais de la new letter de papydom, je viens d'apprendre que votre épouse vient de partir pour un monde plus serein!!Je viens vous apporter toutes mes condoléances et mon amitié dans cette épreuve douloureuse!!!BISOUS FAN

Écrit par : FAN | 28/09/2011

Nous ne nous connaissions pas mais par le biais de Dominique je viens d'apprendre la terrible nouvelle qui te touche si brutalement. Reçois toutes mes condoléances et mes amitiés sincères.
Michel.

Écrit par : Michel | 28/09/2011

La new letter de papydom m'a appris la triste nouvelle qui vous frappe.Je prends part à votre chagrin et vous présente mes condoléances.Avec toutes mes amitiés

Écrit par : ALN | 28/09/2011

J'ai reçu la "nouvelle lettre" de papydom dans laquelle il informe ses amis "qu'une fois de plus la petite lampe est alimentée." Je dépose une pensée pour votre épouse, un encouragement pour vous même à continuer la route auprès de vos enfants et petits enfants.

Écrit par : Charline | 28/09/2011

notre ami de blog50, Dominique -Papydompointcom nous a fait part du décès de votre épouse, séparation définitive. Je vous souhaite bon courage, il faut continuer la route en s'entourant des connaissances, amis, vie d'associations pour remettre vie tous les jours, j'en connais quelque chose! amicalement. Renée

Écrit par : Campanule | 28/09/2011

Je suis triste pour toi Maurice, d'avoir perdu ton épouse. Je t'embrasse amicalement. Hélène

Écrit par : helene merrick | 28/09/2011

je découvre ce blog oui cette maladie est terrible et dur de vivre avec elle, je comprend ma belle mère en souffrait des moment difficile des choix aussi
amitiés
lyly

Écrit par : lylytop | 29/09/2011

Je remercie papydompoint et touès ceux qui m'ont témoigné sympathie et encouragements, dans ces moments trés difficiles à vivre, ça compte énormément. MERCI.

Écrit par : maudub | 29/09/2011

Bonsoir Maudub
J'ai connu cette terrible maladie à travers ma mère. La chance que nous avons eue est qu'elle nous a toujours (ma soeur et moi) reconnues comme des personnes familières, même si elle avait oublié que nous étions ses filles. Les dernières semaines ont été éprouvantes, mais riches en même temps, car nous avons énormément partagé avec elle, à sa façon à elle.
Il doit être difficile pour un époux (ou une épouse) de perdre ainsi celle (ou celui) qui a partagé sa vie durant de si longues années.
Aussi, je compatis à votre chagrin, sincèrement.

Écrit par : Françoise | 25/03/2012

Écrire un commentaire