Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/11/2010

Voyage avec M.A.(*) Daudet

 

Andrée prison 6.JPG

 

 

                   J’arrivais à Eyguières vers deux heures. Le village était désert, dans les ormes, les cigales chantaient comme en pleine Crau… Une vieille fée, accroupie et filant, leva sa quenouille et le couvent des Orphelines se dressa devant moi… A côté, j’aperçus une autre maison, plus petite, des volets gris, j’entrai sans frapper…

Je reverrai toute ma vie ce long corridor, la muraille peinte en rose, au bout du couloir,  sur la gauche, une porte entrouverte, je m’approchai doucement et regardai…  Dans le calme d’un salon, un bon vieux , ridé jusqu’au bout des doigts, dormait au fond d’un fauteuil, la bouche ouverte, les mains pendantes…

( Les vieux. Lettres de mon moulin. Alphonse Daudet )

 

On passa une bonne soirée, on fit du bruit avec sa bouche… On cria… On gémit… on chanta «  Minuit Chrétien… Jamais on ne se tait, le silence n’est pas possible. Lorsque l’on a trop peur, on est prêt à se dévorer… Chacun joue son rôle…

( La cantatrice chauve. Ionesco )

 

Le prodige tient d’une synthèse dévolutive (**) de toute l’espèce biologique connue sous le nom « d’homo sapiens »… Cinq ou six millions d’années depuis les primates pour en arriver là, se dit Plotkine en regardant le bonhomme gondolé couvert d’un visage bouffi, aux petits yeux noirs creusés dans deux plis de la chair flasque… et dégageant une odeur de pure pourriture fardée de multiples déodorants… Sous l’éclairage blafard, les yeux torves clignotent d’une lumière maladive… La bouche ondule en une grimace lippue, brillante de salive… Quand il parle , les mots semblent s’extirper d’une caverne gluante…  Plotkine reste paralysé devant la forme qu’a prise l’incarnation d’une partie de l’humanité sur cette Terre…

( Cosmos Incorporated. Maurice G. Dantec )

 

                          Une fois réveillé, Gregor se rend compte du changement, il s’est transformé en monstre… Ne comprenant pas, il commence les activités normales d’une journée normale, mais il ne peut pas…. Après de longs et pénibles efforts, Gregor réussit à  ouvrir la porte et ose mettre la tête dans l’ouverture… La famille manifeste son dégoût ,et s’enfuit… Personne n’a l’air de comprendre que Gregor, malgré son apparence, comprend et pense encore comme un humain…

( La Métamorphose. Franz Kafka )

 

                             Sous leurs apparences tragiques, ces récits et nouvelles ne sont que des allégories que le lecteur peut interpréter comme il le veut… Le handicap, la solitude, les maladies dégénératives du cerveau, la culpabilité, la lente érosion des neurones, tout s’inscrit dans la vision désespérante de l’absurdité de la condition humaine, vue par les illustres écrivains de la fin du XX me siècle, Camus, Kafka, Nietzsche,  Sartre, Cioran…etc…, sombres prophètes d’une humanité ayant oublié son Créateur et du même coup l’Espérance….

 

                             Ces parodies néo-surréalistes et burlesques, peuvent être le ressentiment immédiat d’un humain moderne et standardisé, en pénétrant pour la première fois dans une salle de vie du secteur alzheimerien d’un hôpital médicalisé… Mais, avec le temps, ce pauvre humain s’habitue à côtoyer ces êtres étranges, apprend à leur parler, à les écouter surtout, et se surprend souvent à se considérer lui-même comme un être aussi étrange, ligoté dans des carcans de respectabilité matérialiste, étouffé par l’être raisonnable et soit disant sensé fabriqué selon les critères des Lumières….et autres billevesées cartésiennes et freudiennes…Et comme la Très Haute Médecine des Mandarins Scientifiques ne sait rien expliquer, ni guérir la déperdition de mémoire et de conscience de ces pauvres gens, et qu’on se trouve soi-même complètement démuni devant un mari, une épouse, un père, une mère, on ne peut que se réfugier en soi-même et …prier…prier… quelque soit sa religion, sa philosophie, et même son paganisme…    

 

 

 

                                              Gaillac le : 6 novembre 2010

 

(*) M.A. : Maladie d’Alzheimer

(**) Dévolutive : « certificat d’hérédité »