Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/01/2010

CONTE de NOEL

 

 

 

 

 

image003 bis.JPG

 

 

 

 

 «  Noël et Camille »

 

Il était une fois un vieux couple, Noël et Camille, ils vivaient dans une toute petite maison. Deux petites pièces au rez-de-chaussée, une cuisine et une buanderie, lingerie, fruitier et débarras. Deux petites pièces à l’étage, deux chambrettes, ou il était difficile de circuler entre le lit de 90, l’ armoire à linge, et les deux chaises empaillées. Devant la petite maison, il y avait une courette, un puits et une pompe à eau, car il n’y avait pas l’eau courante, c’est vrai que l’eau était fraîche et délicieuse à l’époque, mais il fallait transporter les seaux d’eau à la maison…Sur ses vieux jours, la pauvre Camille, percluse de rhumatismes, avait bien du mal pour pomper et trimballer ses récipients.  Il y avait bien l’électricité, mais il fallait économiser et l’on allumait la petite lampe de quarante watts au dessus de la table de la cuisine,  que lorsque la nuit était tombée.

 

Evidemment aucune installation sanitaire, pas de douche et encore moins de baignoire, le samedi Camille faisait chauffer deux ou trois seaux d’eau, elle aidait Noël à se décrasser , puis se lavait elle-même derrière un paravent. Evidemment, pas de WC non plus, sinon le célèbre «  cabinet au fond du jardin », avec son broc d’eau, sa balayette, et sa bonne odeur d’excréments naturels et biodégradables….

 

Noël cultivait son jardin, et produisant pratiquement toute leur nourriture de légumes et de fruits, conservés de trente-six façons pour tenir l’hiver. Ils élevaient une ribambelle de lapins avec l’herbe ramassée au bord des chemins et avaient un beau poulailler leur donnant œufs, poulets et poules. Inutile de dire que tout était cultivé avec des produits naturels, le fumier des poules et des lapins et un peu de fumier de cheval de la ferme à côté. Ils vivaient de leur production, à part la pain, le sucre, le café, l’huile et  sel, trois ou quatre fois par an, ils vidaient leur porte-monnaie pour aller acheter un jarret de bœuf et se faisaient un festin en dégustant un pot-au-feu amoureusement mijoté.

 

Le seul luxe de Noël était sa pipe, il en fumait deux ou trois par jour et faisait durer le plaisir le plus longtemps possible….Pour fêter Noël et la Nativité, il s’offrait un énorme cigare qu’il dégustait les yeux fermés…Ni Noël, ni Camille ne savaient lire, ils passaient de longues soirées à parler de choses et d’autres, ou de souvenirs, l’été sous le tilleul de la courette, l’hiver, tous feux éteints, à la lueur hésitante de la petite grille de la cuisinière. Noël racontait les aventures garibaldiennes de sa jeunesse, Camille écoutait et priait, psalmodiant des litanies apprises dans son enfance, elle n’allait pas tous les dimanches à la messe mais elle était profondément croyante, elle illuminait l’entourage par sa joie de vivre, sa bonté, sa charité.

 

Aujourd’hui, en l’an de grâce deux-mille sixième, un couple qui vivrait comme cela serait presque une incongruité, une anomalie, un scandale, il serait presque la risée des gens instruits et à la mode, y compris de ceux qui se prétendent « écologistes »…. Pourtant, pourtant, si l’on écoute nos prophètes climatologues, Noël et Camille seraient presque le prototype parfait du mode de vie préconisée pour sauver l’Occident, l’Europe, la planète entière….de la vocation plus ou moins proche de l’atmosphère terrestre  à devenir une immense chambre à gaz… ?

 

Noël et Camille étaient mes grands-parents maternels, je les ai adorés, et ai passé des heures et des heures à bricoler avec le grand-père Noël ou à  raconter des histoires avec la bonne grand-mère Camille, qui riait de tout….

 

                                                 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

bonjour Maurice,

je me suis cru dans tes livres. Et j'ai "vu" Noël et Camille, car bien sûr ils nous rappellent un pan de notre enfance.

Dominique

Écrit par : papydompointcom | 15/01/2010

Délicieux conte de Noël.
Merci à Camille et Noël, et merci à vous qui les avez si bien fait revivre.
Comme je comprends que vous les adoriez!
Et comme je vous envie d'avoir eu ce bonheur-là!

Écrit par : papier journal | 26/03/2010


oui, comme dans "Ravage" de René Barjavel.

Écrit par : amnesy | 12/04/2010

Les commentaires sont fermés.