Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/07/2008

POLITICAL SYSTEM

 

Systèmes politiques OK 3.jpg
DIVAGATIONS

26/07/2008

VOYAGE INITIATIQUE

SOMMET OK.jpg

 

« ….Je quittai le Lac d’argent légère portée par les nuages j’entendis le chant des anges, au sommet, , il y avait un pont, je descendis vers lui dans la clarté naissante de l’obscur, guidée par la lumière et poursuivis mon Voyage… ».

 

          Depuis un quart de siècle peut-être, il y a toujours devant moi, ou à côté de moi, prés de l’endroit ou j’écris, un petit cadre à quatre sous, contenant une carte postale toute ordinaire, qui représente une prairie d’alpage, fleurie, avec un chemin qui serpente en son milieu, et au fond, au loin, un sommet enneigé et majestueux, presque en osmose avec le ciel et les nuages… Sous l’image, une courte légende «  Le sommet nous invite et nous attire »…. Cette image toute simple, me rappelle constamment que le chemin de la vie est difficile, ardu, qu’il faut l’aborder doucement pour ne pas s’essouffler…. et que le but est d’atteindre  ce sommet qui paraît inaccessible au commun des mortels…

          Entre le bout du chemin visible et la montée vers les sommets de la sérénité transcendante , il y a un vide, une béance, il y a l’inconnu… les épreuves…la méchanceté humaine…les tentations utopiques…le découragement… la maladie… la fatigue…et les fameux paradis artificiels ou l’on fonce souvent avec délices, plongeant dans les lagons miroitants des effluves de Champagne ou les chaleurs torrides de la pornographie, les mirages flamboyants d’opium, de Whisky, de diverses mixtures hallucinogènes et autres moutures de drogues de synthèse….

           Annabel ( madame Bernard Buffet ), guérie de séquelles d’alcoolisme mondain avait écrit : «  je suis arrivée à un carrefour… à gauche , une route qui descend, bordée de fleurs, attrayante, pleine de rires et de fêtes alcoolisées, mais courte…. elle mène à un village sinistre, composé d’un hôpital, d’un asile d’aliénés et d’un cimetière. A droite, un chemin qui monte par paliers, plein de ronces, de chardons et d’aubépines. On s’y déchire les pieds sur les cailloux, mais il sent bon. On s’essouffle en grimpant, les mûres y sont juteuses et si l’on écarte les orties, l’herbe y est épaisse pour s’y reposer…Il paraît que si l’on ARRIVE au SOMMET, l’air a la pureté de la liberté et l’âme est devenue si ferme que l’on peut regarder le soleil les yeux grands ouverts…et avancer à pas de loup ou de biche vers l’Eden…  ( Annabel Buffet. « D’amour et d’eau fraîche »)

           Eden, utopie immémoriale, présent dans toutes les cosmogonies… Adam et Eve, la main dans la main, parcouraient heureux, le jardin d’Eden, ce lieu enchanteur, admirant les plus beaux paysages, écoutant les concerts angéliques et se délectant des fruits les plus savoureux….Chaque arbre, magnifiquement chargé, s’inclinait au passage du couple bienheureux, lui offrant ce qu’il avait de meilleur…En tout temps, les branches ployaient sous le poids des fruits qui n’avaient point de saison…Une brise légère les parfumait… Des oiseaux gourmands , au plumage paradisiaque venaient goûter les fruits et s’enivraient de leur nectar…Aucune espèce d’arbres ne manquait, chacune était fière de parader dans l’Eden… Et les arbres marchaient car leurs racines étaient autant célestes que terrestres… Ils accompagnaient le couple tendrement enlacé sur le chemin d’alpage, s’attachaient  à leurs pas, laissant diffuser leurs joyaux aromatiques, pour accompagner Adam et Eve vers le carrefour fatidique…

          Etait-ce avant ou après le paradis terrestre…. ?  Gaïa, la Terre Mère,  attendait le couple ennamouré au bout invisible du chemin et leur offrait sur un plateau voluptueux l’union exacerbée de leurs sexes… Gaïa, la divinité première, gardienne des pouvoirs divins et charnels, les tenait en son pouvoir et leur présenta les deux aspects de la nature humaine, la beauté et la vie harmonieuse ou le chaos originel et l’angoisse existentielle perpétuelle…Gaïa reste la grande prêtresse des jours de l’homme, de la femme et de la Terre, elle engendre les mâles, le ciel, les flots, les montagnes, les Titans, mais, aussi, en fin de compte, elle fait émasculer Ouranos, son compagnon terrestre, par son fils Cronos, à l’aide d’une faucille en silex… quelle délicatesse…. !!

           Par atavisme profond, devenus adultes, nous choisissons presque tous le chaos, la jouissance immédiate, l’exploitation éhontée de la Terre, du ciel, des flots, des montagnes, des stars et des super-champions, jusqu’au jour ou  notre cerveau réanime notre cortex et nous ouvre les yeux sur la beauté, l’amour, la simplicité et la pureté… Mais il est souvent un peu tard, et presque tous et toutes vivons une existence de « borderliners » inconsolables et incurables, entre la menace de la faucille de silex ou la fameuse « ablation totale », et le retour vers la recherche du  paradis intérieur, la demeure éternelle de Dieu…

            Dans ce no mans land  grisâtre, traditionnelle frontière entre les sexes, les pays, les religions, les classes sociales, apparaissent de temps à autre des fusées éclairantes qui nous font apercevoir un petit bout du jardin d’Eden, mais elles s’éteignent vite, retombent en flammèches dégoulinantes, dans les tranchées de nos incertitudes et de nos confusions…

            Que reste-t-il alors au pauvre homo sapiens, si mal équipé des pieds à la tête depuis son parachutage sur la Terre, et le greffage mal bidouillé d’une conscience parachutée, soit par la Déité Suprême, soit par le mariage hasardeux de quelques neurones égarés issus de protozoaires libidineux… ? Il ne lui reste qu’une seule alternative : VIVRE, CHANTER, EXULTER, AIMER, puis, simplement, armé d’une foi de charbonnier, se mettre à genoux…et PRIER. Même les plus grands en arrivent là : Francis Poulenc, en visite à Rocamadour, se sentit investi par une «  dévotion paysanne », et pour s’adresser simplement à Dieu, composa sur le champ, les « Litanies à la Vierge Noire »

 

  « Je quittai le Lac d’argent légère portée par les nuages j’entendis le chant des anges, au sommet il y avait un pont je descendis vers lui dans la clarté brumeuse naissante de l’obscur comme guidée par la lumière et poursuivis mon Voyage… »

Baguenaudages

Jardin d’Eden

Ivresse, dérive des illusions

Béance

Les deux pigeons

Evolution des cultures

Foi de charbonnier

Personnalité borderline

Voyage initiatique

Voyage et métamorphose

            

 

19/07/2008

ARCHE New.Look

 

arche spiri A8 OK 3.jpg

Mondialisation : le pire est à venir…

ou

Les civilisations naissent et meurent….

ou

Qui va inventer la Nouvelle Arche ?

               Les cycles d’émergence et de disparition des civilisations se suivent et se répètent depuis la nuit des temps, et les petits hommes que nous sommes, des nabots en quelque sorte, ne semblent pas comprendre du tout ces mécanismes … ?  Il semble pourtant, que les civilisations s’écroulent quand le « moteur » spirituel qui les a animées s’effondre pour diverses raisons, dont la principale est l’orgueil des pseudo-savants, qu’ils soient scientifiques, théologiens, philosophes ou self-made-man, qui ne veulent jamais reconnaître leurs erreurs et leurs fourberies…. !!

               Les récits de fin d’un monde ou de fin d’un mode de vie existent et se répètent dans toutes les parties du monde, quelque soit la religion, les croyances ou le système politique… Evidemment une partie de ces récits tient plus du mythe que de la réalité, mais tous ces récits ayant beaucoup de points communs, alors que les protagonistes s’ignoraient totalement, contiennent forcément une part de vérité…. Et aujourd’hui, en ce début de XXIme siècle, nous en sommes aux prémisses…. !!

               Deux exemples suffisamment connus de tous les hommes illustrent ces propos, le premier est évidemment le fameux « Déluge » biblique, et l’intervention in extremis, avec un coup de pouce de l’Eternel, de Noé avec son Arche-Refuge universelle…  Le point de rupture entre l’homme et la Création est toujours le même : «  L’Eternel vit que la méchanceté des hommes était grande sur la terre, et que toutes les pensées de leur cœur se portaient chaque jour vers le mal » ( Genèse 6.3 ). Le deuxième est très frappant, car les ruines monumentales que l’on peut encore visiter en Egypte, nous prouvent que les gens qui les ont construit avaient atteint un très haut niveau culturel et technique… Un très vénérable traité prémonitoire de l’Ancienne Egypte annonce l’effondrement probable de la puissante civilisation égyptienne à cause de l’effondrement préalable de l’Egypte spirituelle… : le jour ou les Anciens Egyptiens ont cru pouvoir se passer des Dieux… les Dieux les ont abandonnés… les hommes ont alors perdu le goût de vivre et d’entreprendre…. !!

             Aujourd’hui, en ce début de XXI me siècle, la morosité ambiante dans le monde entier est catastrophique, dans tous les azimuts les gens râlent, manifestent, crient, se révoltent, veulent encore plus et toujours plus de biens matériels, en particulier dans les pays ou les habitants sont les plus gâtés et les mieux lotis…. Ajoutons à cela la pollution de l’atmosphère, des sols, des rivières et des océans, le réchauffement général et la fonte des pôles et des glaciers, les espèces animales qui disparaissent, la nourriture qui se fait rare pour les hommes eux-mêmes, l’économie et la finance qui partent en capilotade, les riches qui deviennent de plus en plus riches et la misère dégradante qui envahit la planète : même si le contexte n’est pas le même que celui du Déluge, les paroles pour décrire le capharnaüm mondial est le même que celui de la Genèse, et les conclusions sont les mêmes… ce sont les hommes qui sont responsables de cet état de fait, et responsables des catastrophes à venir…

              Ce qui est remarquable dans toutes ces atmosphères de catastrophes imminentes, c’est que les hommes ne veulent pas y croire et attendent la quasi destruction de leur monde pour essayer de faire quelque chose… Une seule fois dans l’histoire, réelle ou mythique, ou tout un peuple ( environ 3.000.000 de personnes ) a accepté de quitter volontairement un esclavage doré pour aller vers un avenir spirituel, fraternel, mais austère et incertain : c’est la fuite des hébreux d’Egypte sous la conduite de Moïse… Cela nous a donné entre autres, les Dix Commandements, embryon des Béatitudes et de notre Déclaration des Droits de l’Homme…. !!

              Comment en est-on arrivé en si peu de temps, environ deux siècles, à épuiser les ressources de la terre et à la rendre bientôt presque invivable pour la majorité des êtres humains… ? Avoir consacré presque exclusivement l’intelligence des hommes aux progrès matérialistes a fait faire un bond incommensurable à la puissance de consommations mercantiles, mais en même a multiplié  à l’infini les effets secondaires destructeurs….   Il semble que l’on rejoigne le  traité prémonitoire de l’Ancienne Egypte : deux siècles dominés par la Raison, les Lumières, les Idéologies et la Science, ont presque totalement balayé les religions, et de ce fait éliminé en même temps toute la partie spirituelle de l’homme…. Avoir écrémé tout ce qui encombrait les organisations cléricales n’est pas un mal, mais la contrepartie est que, petit à petit, la vie spirituelle a abandonné la conscience des hommes, car la vraie demeure du sacré est à l’intérieur de chaque homme, et c’est là qu’agissait directement le seul concept sacré : Dieu…. Le temple intérieur, il appartenait à chacun de le construire tout au long d’une vie, c’était là presque la tâche principale du passage des êtres humains sur la terre, car chaque homme appartient à la Création et chaque homme doit tenter de rejoindre l’unité fondamentale du Créateur….

           En ces temps de règne presque exclusif de la Déité Science, ou le seul Dieu est l’Argent, le « Veau d’Or », l’homme pieux est tenu pour fou ; l’impie pour sage ; le frénétique pour brave ; le criminel pour homme de bien… les anges malfaisants se mêlent aux hommes pour les contraindre à la violence et aux abominations de toutes sortes….

             Pour avoir une chance de survie de l’espèce humaine, on ne peut proposer, comme Noé, qu’une « ARCHE », mais pas une « ARCHE » pour recueillir les humains en chair et en os, non, mais une «  ARCHE SPIRITUELLE », afin de permettre de transvaser l’esprit de Dieu dans les sanctuaires intérieurs de chaque homme, sanctuaire immuable et éternel, qui ne doit pas rester vide et inutile….. Car les petits hommes de cette terre, même munis des plus hauts grades universitaires ne pourront rien faire contre l’accumulation de périls qui menacent la survie sur la planète Terre… La seule solution est de se rappeler que nous sommes aussi des créatures spirituelles, de prendre son bâton de pèlerin, d’abandonner la folle course aux biens matériels et de partir à la recherche de son temple intérieur….

              La confiance que j’affiches dans la possibilité d’une solution aux maux terrestres peut sembler de mauvais goût, alors que tous les «  baromètres » des pseudo-scientifiques atteignent les cotes d’alerte, mais je persiste à croire que la seule voie possible est de retrouver, autant que faire se peut,  une arche spirituelle commune, et prendre le chemin ardu du désert intérieur, ouvrir son cœur à la transcendance afin que le désert se transforme en champ de fleurs…. Pourtant, ceux qui, aujourd’hui,  ont été amenés, par différents chemins spirituels,  à retrouver la plénitude intérieure, que cela s’appelle transfiguration, nirvana, gnose, extase, en effaçant leurs désirs matériels et leurs peurs, ne se font même plus entendre…. , car ils savent que les puissances diaboliques qui mènent le monde utiliseraient tous les moyens techniques pour les faire taire, y compris «  l’expertise » d’un psychiatre qui les déclareraient fous à lier… Cela est vrai aussi, que ces êtres qui atteignent les sommets de la connaissance par une espèce de grâce, n’ont pas de vocabulaire précis pour communiquer leur expérience…. !! Le seul conseil éclairé qu’ils puissent donner clairement est : «  cherchez et vous trouverez »…, vous trouverez la libération totale, votre esprit entrera en osmose avec la Création, vos cellules se mettront au diapason des cellules végétales, animales et minérales…C’est cela le but ultime de notre court séjour sur la planète Terre, pas de vouloir posséder, exploiter et détruire ses richesses et ses beautés.

  Partir et Chercher

Manifestations de Dieu

Lumière spirituelle

Témoin de la présence

Extase

Esychasme

Les mystiques

Mémoires d’éternité

Pratiques spirituelles

Spiritualité

Dynamique vibrationnelle

Funambulesques