Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/10/2006

BOOM IMMOBILIER

medium_pierre_monte_4.jpg
-

Au départ, ma réflexion était de dire «  mais comment se fait-il que les prix de l’immobilier aient pratiquement doublés en sept ou huit ans ?

 

 

La réponse la plus évidente qui vient à l’esprit est : si le marché de l’immobilier a fait un tel bond, c’est qu’il y a une clientèle assez fortunée pour acheter à de tels prix.

 

 

Alors certains disent «  c’est à cause des Anglais… ou des Hollandais… ou des Allemands… ils achètent toutes les belles maisons à prix d’or, sans discuter.. » Oui, on voit de plus en plus de pseudos-provençaux ou de pseudos-bretons, mais ça ne doit pas dépasser les 10 ou 12% des transactions… Alors, pour nous Français, les supposés acheteurs de maisons et d’appartements ne peuvent appartenir qu’à la classe moyenne !!

 

 

Quid de la «  Classe Moyenne Française » ? Interrogeons la voie royale de l’information, Internet, et alors là, on est gâté, on a droit à un florilège d’absurdités joyeuses et désespérantes à la fois, les définitions sont aussi nombreuses et variées que le nombre d’auteurs des pages….Quelques exemples :

 

 

·  Pour les sociologues cette catégorie regroupe un mélange hétéroclite de Français frustrés et mécontents.

·  Pour les économistes la classe moyenne serait composé de citoyens percevant des revenus mensuels entre 2500 et 3500 euros.

·  Un sondage national récent indique que 80 % des Français considèrent appartenir à la classe moyenne, en 1998, ils n’étaient que 42 %

·  En politique, la référence aux classes moyennes renvoie à un contenu presque mythique et nébuleux, auquel la mathématique, la statistique, la sociologie, la science politique fixent leurs conditions.

·  Dans le domaine des sciences dites sociales le terme «  classe moyenne » fait partie de ces appellations sans origine contrôlée, ni définition consensuelle, dont la popularité vient de leur imprécision, qui permet de dire tout et son contraire.

·  Dans la sphère des entreprises, la classe moyenne serait le petit monde des cadres, qui occupent les postes intermédiaires entre les véritables détenteurs du pouvoir et les exécutants .

·  Et cerise sur le gâteau, un grand hebdomadaire nationale titre en page de couverture : «  La grande colère des classes moyennes qui seraient déclassées, assaisonnées d’impôts, désabusées de la croissance… », une espèce d’inventaire à la Prévert qui laisse encore plus ignorant après la lecture qu’avant….  Un historien conclut en titrant son article «  Ce Français moyen qui n’existe  pas » et en sous-titre « l’INSEE est bien scientifiquement contraint d’inventer un  français moyen  dont le triste destin est de servir de bouc émissaire à tous ceux qui broient du noir sur l’évolution de leur pouvoir d’achat »

 

 

Mais alors qui sont ces Français suffisamment fortunés pour répondre à l’offre des ventes immobilières hors de prix, et qui s’engagent dans des remboursements d’emprunts faramineux pour 15, 20, 25, ou même 30 ans dit-on ?

 

 

Quand à trouver une explication sensée et équilibrée du mécanisme ayant provoqué la hausse inconsidérée de la «  pierre », on est la aussi dans le flou complet, les grands penseurs des fameuses Lumières qui ont voulu faire croire que l’animal humain devenait entièrement  raisonnable grâce à l’Instruction ( 80 % de bacheliers ) et à la Culture ( merci Jack ) doivent se retourner dans leurs tombes en constatant que les êtres humains continuent à avoir des comportements totalement irrationnels, uniquement adoptés en fonction de leurs propres intérêts.

 

 

En savoir plus

 

 

 

·  Blog immobilier

·  Boom construction

·  Niveaux de vie

·  Carte des revenus

·  Classe moyenne 1

·  Classe moyenne 2

·  Classe moyenne 3

·  Classe moyenne 4

·  Classe moyenne 5

Commentaires

pas mal votre blog !!!
amitiés

Écrit par : oreillette | 13/10/2006

Je vous propose un début d'explication : de la spéculation est né l'engouement... acheter dans l'immobilier est devenu "à la mode", les banques et autres organismes de crédit ont suivi le filon, et tout le monde s'y est mis.

Travaillant dans l'immobilier, je constate que toutes les classes sociales sont concernées, même s'il n'y en a pas pour toutes les bourses ; aujourd'hui les ménages préfèrent s'endetter sur 30 ans pour un bien dont ils seront propriétaires, plutôt que de "jeter" un loyer par les fenêtres.

La question à venir semble être : à quand le crash ??

Écrit par : Anouchka | 14/10/2006

Les agents immobiliers et les notaires bénéficient de cet engouement sur l'immobilier, ils touchent tous une com au passage ! les banquiers touchent des intérêts de plus en plus juteux compte tenu des périodes d'emprunt de + en + longues.
les français s'entendent dire : la pierre est le meilleur investissement pour votre retraite, c'est un placement solide leur dit-on, etc...
Le demande a dépassé l'offre.

Celui qui vend sa maison connait ce phénomène de l'offre et de la demande et veut systématiquement faire de la plus-value, même sur une courte durée. Les constructeurs font de la mauvaise qualité à prix d'or : constructions non écologiques avec le plus souvent le chauffage électrique (une aberration).
Je crois que les sommets sont atteints, puisque les salaires ne suivront plus pour couvrir l'endettement, ou bien les banquiers feront comme en GB, des emprunts sur 50 ans..

Écrit par : Marie | 15/10/2006

Ces comportements totalement irrationnels de l'animal humain sont aussi dictés par le penchant de celui-ci pour le mimétisme: faire comme les autres, à défaut de pouvoir les dépasser, voilà ce qui le motive.

Écrit par : Marc | 18/10/2006

L'immobilier est (était) tiré par le crédit bon marché. Et le crédit est une arme redoutable...

http://classemoyenne.hautetfort.com/archive/2006/02/05/mathematiques-sociales-a-l’usage-des-gouvernants-et-surtout.html

Écrit par : éric | 27/10/2006

Les commentaires sont fermés.