Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/06/2006

MYSTERES HISTORIQUES

medium_Yalta.JPG
-

Un citoyen français lambda peut-il, en 2006, parler de la Shoah librement, et se poser des questions, sans être suspecté immédiatement d’anti-sémitisme, voir d’être un facho ou un révisionniste ?

 

 

Pour beaucoup de gens d’ailleurs, le terme «  Shoah » n’est pas très clair et il faut en donner une définition minima : cela désigne très précisément l’extermination par l’Allemagne nazie, entre 1939 et 1945, de cinq à six millions de juifs européens. Le mot «  génocide » a été créé en 1944 pour désigner  cet épisode abominable, monstrueux, incompréhensible, inimaginable, de l’élimination presque complète d’une population.

 

 

Cette énorme pierre noire incrustée dans l’édifice patiemment construit par les diverses civilisations, restera une énigme de la dimension que peut prendre l’horreur engendrée par le nationalisme pur et dur additionné à des théories eugénistes scientifiques.

 

 

Les questions que se posent le citoyen français lambda sont d’un autre ordre : pendant les grands procès historiques des années quatre-vingt, ou des sous-fifres français de la milice ou de l’administration pétainiste ont été jugés, le plupart des médias nous ont fait croire que les justiciables étaient au courant de ce qui se passait dans les camps de concentration. Et dernièrement, même les pauvres cheminots de la SNCF ont été mis en cause ? Si un petit secrétaire de préfecture à Bordeaux était au courant de la «  solution finale », il est à croire que tous les grands chefs des «  pays libres «  étaient eux-aussi au courant ? Comment se fait-il alors que ceux qui avaient les moyens d’agir, monsieur Roosevelt à New York, monsieur Churchill à Londres, monsieur Staline à Moscou, n’ont pratiquement rien fait pour empêcher le déroulement de cette abomination ? Pourquoi ne pas avoir bombardé les lignes de chemin de fer ou circulaient les convois de déportés ? Pourquoi ne pas avoir directement bombardé les camps pour détruire leurs installations monstrueuses, les prisonniers ne risquaient vraiment plus grand chose ? Pourquoi les radios libres, en particulier la BBC, n’ont pas fait une campagne d’information énorme à destination de tous les pays d’Europe pour aviser les populations de l’horreur qui se tramait ? Pourquoi les millions de juifs américains, qui disposaient de moyens financiers considérables, n’ont pas ameuté les ambassades du monde entier ?

 

 

Oui, comment se fait-il ?

 

 

Les commentaires sont fermés.