Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/05/2006

RELATIVISME

-

Un vendredi soir d’avril 2006, j’ai regardé dans l’émission «  Thalassa », un reportage sur Madagascar . Tout au sud de l’île, habite un jeune pêcheur avec toute sa famille, ils sont complètement démunis car un cyclone a détruit leur habitation et emporté sa pirogue, son outil de travail principal….


 

Ils habitent provisoirement sous une paillote et pour nourrir sa famille, il fait des kilomètres pour aller pêcher quelques poissons avec le harpon qu’il a sauvé du désastre. Pour racheter une pirogue un prix convenable, il entreprend de faire en stop plusieurs centaines de kilomètres, il bricole et travaille à droite et à gauche pour payer son transport et sa nourriture, mais on voit déjà un formidable esprit d’entraide et de générosité parmi tous les malgaches qu’il rencontre.


 

Arrivé dans la forêt, le forestier choisit le balsa qui servira à faire son embarcation, entièrement faite à la main, au pifomètre, et avec des outils rudimentaires. Puis on voit le transport dans la forêt, sur des chemins défoncés, dans des chariots tirés par des zébus faméliques mais robustes. Puis la barque est transportée par voie fluviale jusqu’à Tuléar, et chargée sur un navire qui l’amènera à proximité du port d’attache de notre héros….


 

Ce qui est extraordinaire dans cette histoire c’est que ce jeune pêcheur, qui n’a plus rien, pas d’argent, plus de maison, plus de bateau, et une famille à nourrir, trouve assez de solidarité autour de lui pour survivre et réussir un projet, et en plus, traverse ses épreuves sans cesser de rire, de plaisanter, de chanter et de faire la fête…Quelle leçon pour nos contemporains geignards et pleureurs, demandant à tout bout de champ des aides de ceci, des subventions de cela, alors qu’ils vivent dans des conditions matérielles que tous les peuples de la terre nous envient…Et en plus les Français se veulent des redresseurs de torts et donnent des leçons d’écologie au monde entier, alors qu’en règle générale on bouffe trop, on boit trop,  on jouit trop, on consomme trop, on pollue trop…enfin, tout est relatif !!

                              Exotisme

 

 

17:30 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.