Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/04/2006

Parabole et enjoliveur

-

Parabole et enjoliveur.
 
 

Roulant sur une petite route, un automobiliste s’aperçoit que son véhicule tangue un peu, il s’arrête et constate qu’un pneu est à  plat. Il gare son véhicule le mieux possible sur le maigre bas-côté, juste au bord d’un profond caniveau rempli d’eau boueuse. De l’autre côté de la route une haute et  interminable grille métallique ceinture un parc,  ne voyant pas un pèlerin pour lui donner un coup de main, notre dépanneur amateur se décide à sortir les outils du coffre…. Il place le cric, lève un peu le châssis, retire l’enjoliveur, le place à côté de lui, démonte un à un les écrous et les pose dans l’enjoliveur, et retire la roue crevée. Puis il retourne dans la malle pour sortir la roue de secours, à ce moment là une voiture passe assez rapidement et accroche un peu l’enjoliveur qui fait un vol plané et sème les écrous un peu partout dans la nature….

 

Catastrophe, notre chauffeur commence à se lamenter et à lever les bras au ciel avec force imprécations de noms d’oiseaux envers le chauffard…les Ponts et Chaussées…la malchance…le gouvernement…les fabricants de pneus… A ce moment là, il entend «  M’SIEUR » «  M’SIEUR », il tourne la tête et voit un groupe de curieux très souriants, massé derrière la grille, l’un d’eux dit : « M’sieur, c’est pas compliqué, tu prends un écrou sur les autres roues, ça te permet de remonter la roue de secours, et tu vas jusqu’au prochain garage pour réparer correctement »…… Notre automobiliste se dit «  quand même, j’aurai pu y penser », il se tourne vers le groupe de badauds hilares et leur demande ce qu’ils font là…. Le même interlocuteur déluré lui répond alors : «  M’sieur, ici, c’est l’hospice de fous de Villefranche »….

 

Ainsi va la France….et les Français, qui continuent à vivre comme si tout était inépuisable, comme s’ils continuaient à coloniser le quart de la planète, comme si les banquiers et les entreprises attendaient leur bon vouloir pour créer des activités rentables, comme si les gouvernements étaient l’Armée du Salut et les dépenses de l’Etat inépuisables, et quand ça va pas, les pauvres français pleurent , gémissent, crient, s’énervent, puis manifestent dans la rue en hurlant, quand ils ne cassent  pas les biens publics dans un accès de rage … Il faut toujours plus de 4X4 puants et polluants…toujours plus de piscines privées destructrices d’une eau qui devient précieuse…toujours plus de luxe dans les équipements ménagers…toujours plus de voyages aériens inutiles…toujours plus de vacances d’été…et d’hiver….toujours plus de portables et de gadgets inutiles….toujours plus de pornographie, de drogue, de bouffe…. toujours plus de puissance…. TOUJOUR PLUS….ENCORE PLUS…

 

Pourtant, au bord de la N.T.P ( Nationale Toujours Plus ), des gens de toutes sortes, de tous niveaux, de toutes classes, un peu farfelus mais encore plein de bon sens et de sagesse ancestrale, interpellent les millions de décervelés qui courent, foncent, achètent, consomment, brûlent les illusions modernistes…De temps, avec un sourire amusé on les écoute, mais on les prend plutôt pour des attardés et des demeurés, voir pour des aliénés dangereux, ils ont beau crier que le chariot de la destinée humaine peut très bien avancer avec deux écrous sur trois, à condition de prendre des précautions et de réduire la vitesse, de moins consommer, de faire attention à l’eau, à l’air… 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

17:00 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.