Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/03/2006

Mensonge organisé ?

medium_algerie.jpg
-


 

 

Mise au point historique

 

Depuis quelques années en France, des bobards gros comme des montagnes circulent… Le plus énorme en 2005, a été la fameuse «  SOLUTION B » pour la constitution européenne, le résultat est que l’Europe est dans une impasse, et on est pas prêt d’en sortir… Des mensonges tout aussi énormes circulent en permanence, et, petit à petit, des gens tout à fait honnêtes se laissent persuader qu’il s’agit de vérités …

 

Par exemple, on a pris l’habitude en France, d’associer la torture en Algérie pendant la guerre d’indépendance, avec l’Extrême - Droite. IL ne s’agit pas de faire de la publicité pour un parti dont la philosophie est exécrable, mais de rétablir simplement le cadre politique réel pendant ces événements.

 

Quand des tortures ont été pratiquées en Algérie, en particulier pendant la bataille d’Alger en 1957, c’est la gauche qui était au pouvoir en France et plus précisément le parti socialiste avec à Paris, monsieur Guy Mollet, Président du Conseil et à Alger, monsieur Robert Lacoste, Gouverneur Général.

 

Ce n’est pas non plus l’Extrême – Droite qui a prononcé la fameuse phrase «  l’Algérie c’est la France… des Flandres jusqu’au Congo, la loi française s’impose », pas du tout,  mais par  messieurs Mendés France et Mitterrand en Novembre 1954 devant l’Assemblée Nationale. Cette phrase a, par son contenu, sa forme et son contexte, amplifié le drame algérien et amené plusieurs années supplémentaires de guerre.

 

Ce n’est pas non plus l’Extrême – Droite qui a pris la décision d’envoyer le contingent pour assurer le maintien de l’ordre, mais la gauche toujours, et plus précisément monsieur Mitterrand en tant que Ministre de l’Intérieur, décision qui a pour le moins amené, aussi,  la prolongation de la guerre de plusieurs années.

 

Chaque jour en France, des gens très malfaisants, en particulier dans les médias, nous assènent des contre-vérités manifestes, avec une conviction totale, certainement apprise dans les nouvelles écoles de journalisme : le but du journaliste n’est plus d’informer les citoyens,  avec des nouvelles contrôlées et vérifiées, mais de captiver les benêts et les gogos, quitte à provoquer des catastrophes humaines irréparables.  

                                           -

                                 Ouvrages sur l'Algérie

 

 

17:10 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.