Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/12/2005

Poèsie XIV

Sur la dernière terrasse
Là ou règne
Ce qui jamais ne commence
Ni ne s'achève
On traverse les heures
Comme si vivre et mourir n'était
Que deux fruits d'été
_
Instants suspendus

 

 

08:55 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.